Jamais, jusque-là, on avait observé tant de publicité pour la sortie d’un bouquin : des affiches partout dans Paris et la publication des meilleures feuilles dans les journaux. Comme pour un nouveau tome d’HarryPotter ou de 50nuancesdeGrey. Grâce à ce battage médiatique, la curiosité des lecteurs était donc à son comble, d’autant que Victor Hugo n’avait pas publié de roman depuis plus de trente ans…

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.