A l'époque c’était la grande mode de faire tourner les tables - ou les guéridons. Ce soir là, il est entouté de quelques proches, dont une amie médium qui souhaitait convertir le poète en exil aux séances de spiritisme.

Vers 21h, un coup de pied sur le sol, un 2e, un 3e... le guéridon se met à trembler et Hugo prend des notes...

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.