Depuis longtemps déjà, Albert Hofmann s’intéressait aux plantes vénéneuses, qu’il tenait de transformer en médicament. Ainsi, c’est en cherchant un stimulant circulatoire que, ce jour-là, il entreprend d’étudier une molécule tirée d’un champignon nommé l’ergot du seigle. Mais alors qu’il vaque dans son laboratoire, le voilà soudain pris de sensations bizarres « Une étrange angoisse et un profond vertige. » Sa seule explication, c’est qu’en se frottant les yeux, il a été contaminé par le dangereux produit qu’il a manipulé…

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.