Pour comprendre certains événements, il est essentiel de se référer à leur origine. Il en est de même pour les mots. « Asile » est un terme complexe qui possède une double racine : le grec ancien « asylon » qui signifie « que l’on ne peut piller », et le latin asylum qui en plus de « lieu inviolable » est aussi synonyme de refuge… « tout lieu où l'on se met à l'abri d'un danger » comme le disait Scarron en 1635.

Comment le glissement s’est opéré au 19e siècle pour désigner des établissements d'infirmes, de vieillards et d'aliénés ?

Ceci reste un mystère, mais cela explique peut-être pourquoi la notion est devenue aujourd’hui ambivalente, au point de désigner des valeurs diamétralement opposées d’hospitalité et de mise à l'écart.

En matière d'asile, il y a donc deux conceptions inconciliables qui s'affrontent: et c’est finalement le sujet des reportages de l’émission suisse Vacarme que nous vous proposons de découvrir aujourd’hui.

Suisse : « La maison des exclus »

Un reportage de Véronique Marti, diffusé sur la RTS, le 1er juin 2015

Ce premier reportage donne la parole aux habitants du canton de Chevrilles, un village fribourgeois de mille cinq cents habitants qui a été le théâtre en février dernier d’une soirée mouvementée. Dans une halle des sports chauffée à blanc par la colère des mécontents, les autorités fédérales et cantonales sont venues annoncer l’ouverture du premier centre pour requérants d’asile en lieu et place d’un pensionnat pour adolescents en surpoids.

Un projet qui fait suite à la nouvelle politique de la Confédération et qui est loin de faire l’unanimité auprès des résidents.

Toute l’ambiguité du mot « asile » est mise en lumière ici et donne des pistes sur ce qui pourrait être fait ailleurs pour ces exilés.

Suisse : « Un voyage sans fin »

Un reportage de Véronique Marti, diffusé sur la RTS, le 05 juin 2015

Le deuxième reportage est consacré à un ancien demandeur d'asile.

Dawit est un érythréen de 26 ans. Il est arrivé en Suisse en 2006 alors qu’il était encore mineur. Après deux ans de procédure, sa demande d’asile a été acceptée mais il a encore passé trois ans dans des foyers - théoriquement réservés aux requérants - avant de trouver un logement disponible.

Aujourd’hui il vit dans un appartement de deux pièces avec sa femme et son enfant.

C’est là-bas, dans la cité du Lignon que Véronique Marti, l’a rencontré pour qu’il nous raconte son « voyage sans fin ».

Les liens

RFP - L'espace francophone

RFP - Les radios francophones publiques Le site des Radios francophones publiques : Radio France - Radio Télévision Suisse - RTBF - Radio Canada

Les références
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.