Delivrue c’est d’abord ça : les uns cuisinent des plats, les autres les livrent à vélo. C'est un mouvement citoyen, né en novembre 2020 à Montpellier avant de se propager à d’autres villes. A Montpellier, 5 000 repas ont été livrés aux plus démunis qui, pour la plupart, sont à la rue.

Les cuistots d’un côté, les cuissots de l’autre. Lila Ruiz de Somocurcio est administratrice de Delivrue, un service qui aide les sans-abris à Montpellier. Elle répond à Philippe Bertrand.

À Montpellier, depuis novembre, 5 000 repas ont été livrés aux plus démunis qui, pour la plupart, sont à la rue. Il s'agit peut-être de l'exemple type de solidarité et de générosité spontanées. Ce mouvement s'est déjà propagé dans de nombreuses villes. Les uns cuisinent des plats, les autres les livrent à vélo, les cuistots d'un côté, les cuisseaux de l'autre. 

Certains des bénévoles ont fait de Delivrue une activité à part entière dans leur vie.

"On a toutes les générations dans Delivrue, mais on a aussi attiré beaucoup de jeunes, notamment des lycéens qu'on essaye d'accompagner au maximum. Mais oui, il y a eu un élan global dans la ville".On peut voir sur le site, des photographies de lycéennes qui préparent des paniers bien garnis avec des livres, parce qu'il y a aussi des nourritures culturelles : "l'idée de base, c'était vraiment d'amener des plats cuisinés maison. Mais ensuite, on a proposé des événements : le dernier vendredi de chaque mois, on invite nos cuistots à mettre un livre, un magazine ou un journal dans leur panier-repas. On a également testé avec des jeux de société."

Chacun est libre de mettre ce qu'il a envie de partager avec les sans-abris.

Mais pour s'assurer que tous les midis, 7 jours sur 7, on peut nourrir celles et ceux qui en ont besoin, il faut renouveler les bénévoles. Tout le monde ne cuisine pas cette fois tous les jours. "Depuis cinq mois que Delivrue existe, on a des gens qui sont de passage, certains cuisinent une fois, d'autres déposent leurs paniers parce qu'ils ont un surplus. D'autres sont plus réguliers et ont fait de Delivrue, une activité à part entière dans leur vie.

La crise sanitaire actuelle a beaucoup isolé certaines personnes et du coup, on a aussi des cuistots très réguliers, plusieurs fois par semaine et qui sont sortis de leur isolement grâce à ça". 

Les livraisons se font au hasard des rencontres dans la rue, bien que les bénévoles commencent aujourd'hui à connaître de plus en plus les bénéficiaires sur chaque secteur : "nos habitués" comme les nomme Lila Ruiz de Somocurcio. "Malgré tout, il y a toujours un turn-over important dans la population des sans-abris à Montpellier, on rencontre des nouvelles personnes chaque jour".

Rediffusion du 6 avril

L'équipe