Au Cameroun, une association construit des pirogues à base de bouteilles en plastique mais aussi des maisons avec les bouteilles plastiques qui obstruent les canalisations.

La pirogue réalisée à partir de bouteilles ramassées dans les rues
La pirogue réalisée à partir de bouteilles ramassées dans les rues © Madiba&Nature

En 2011, Ismaël Essome Ebone doit se mettre à l’abri pour attendre que la pluie cesse. Il observe alors qu’il ne faut que quelques minutes pour que tout le quartier dans lequel il se trouve à Douala, capitale économique du Cameroun, soit totalement inondé. 

Et pour cause : les conduits d’évacuation sont complètement bouchés par les centaines de bouteilles en plastique qui jonchent les rues.  Ismaël pense alors qu’il suffirait d’assembler ces bouteilles pour  faire une petite embarcation qui lui permettrait de se rendre chez lui,  ce qui au passage désengorgerait les conduits pour évacuer l’eau.

1000 bouteilles plastiques récupérées dans les rues

Quelques années plus tard, Ismaël se lance dans la fabrication de sa  pirogue de récupération. Il ramasse lui-même près de 1000 bouteilles  dans les conduits d’écoulement de la ville, et les assemble patiemment  par bloc de 10 avec de la ficelle.  Il attache ensuite les blocs entre eux sur deux rangées pour faire la  coque. Le plancher et les sièges sont eux aussi fabriqués à partir de  blocs de bouteilles fermement serrées qui assurent une flottaison et un  certain confort. 

Un vrai bateau

Les pêcheurs du coin au début le regardaient construire sa pirogue  d’un œil amusé et sceptique. Ils ne croyaient pas une seconde à la  capacité de cette embarcation à résister aux éléments. Mais  lorsqu’Ismaël embarque pour la première fois et commence à affronter les  vagues sans couler, le scepticisme laisse place à l’espoir, et à une  certaine forme d’admiration.

L'association Madiba et Nature

En 2016, Ismaël a créé l'association Madiba & Nature  pour recueillir des dons et recruter des bénévoles afin de construire  davantage de bateaux. L’association a également développé des programmes  dans les universités et les écoles pour sensibiliser la jeune génération à la pollution plastique et son impact désastreux sur les écosystèmes.  En effet, selon  les statistiques du ministère de l’Environnement et  de la Protection de la Nature du Cameroun, environ 600 000 tonnes de   déchets en plastique sont produites chaque année dans le pays. Ces  déchets ne sont généralement pas recyclés et polluent durablement les   espaces naturels et côtiers. 

Des maisons en plastique

Ismael ne s’est pas contenté de construire des bateaux. il développe  un programme de construction de maisons en plastique à l intention des  plus pauvres.  L’association est de plus en plus connue au Cameroun mais également dans d’autres pays de la région Les explications d' Emma Stokking de l'agence Sparknews au micro d'Emmanuel Moreau

Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.