Un hôtelier fait entrer la vie des quartiers dans ses établissements. Artiste, étudiants en résidence, habitants côtoient les clients venus chercher autre chose qu'un simple hébergement.

Cyril Aouizerate et Julie qui gère sa serre sur le toit de l’hôtel
Cyril Aouizerate et Julie qui gère sa serre sur le toit de l’hôtel © Radio France / Emmanuel Moreau

Cyril Aouizerate, cet ancien philosophe qui avait lancé les hôtels Mama Shelter est convaincu qu 'aujourd'hui, à l’ère de  airbnb, les voyageurs ne veulent plus être isolés dans leurs chambres d’hôtel.  Ils recherchent autre chose qu'un simple hébergement. 

Revoir les règles de l'hospitalité

Dans son Mob Hotel implanté derrière le marché aux puces de Saint Ouen, au delà du périphérique, il redessine les règles de l’hospitalité en faisant rentrer la vie du quartier dans les lieux.

Des jardins partagés en terrasse, une laverie, des artistes

Dans l’hôtel on se côtoie,  on se parle : c'est la règle. Pas de télévision dans les chambres. Les gens du quartier s'installent pour lire dans les espaces communs, cultiver la terrasse, des artistes de renom viennent gratuitement se produire et dans les couloirs on croise des étudiants avec des grands ciseaux. Ils suivent les cours de l'école de mode Casa 93 installée là. 

C'est cette dynamique des quartiers populaires que veut faire partager le maître des lieux à ses clients.

Un modèle de lieu de vie dupliqué

Après Saint-Ouen ,  un autre établissement  a ouvert à Lyon et d'autres sont prévus à Los Angeles et Washington.

Cyril Aouizerate fondateur de Mob Hotel au micro d'Emmanuel Moreau

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.