Nicolas Plain ne se promène pas dans les airs en tirant une banderole derrière lui pour sensibiliser aux questions environnementales. Il va au contact du public. Pour ce faire, il a choisi de se déplacer en parapente principalement, mais aussi en vélo ou en marchant.

Survol du secteur des Aravis
Survol du secteur des Aravis © Nicolas Plain

Ce doctorant en sciences du climat et de l’environnement,  diplômé de polytechnique veut montrer qu’il existe beaucoup de solutions  réalisables à l’échelle locale et que tout le monde peut agir.

Un périple en parapente, en vélo et en marchant

il y a un mois Nicolas s’est intéressé aux Alpes. Il a réalisé un périple de 1000 kilomètres en 8 jours qui l’ a amené de Cannes à l’Autriche,  sans aucune émission de Co2  grâce à sa voile, son vélo et sa bonne paire de chaussures.

“Rien n’était vraiment prévu et c’est çà la magie de l’aventure ! J’ai effectué un premier repérage pour rendre compte de la diversité du paysage et des habitants”, confie l’explorateur. Ce voyage et les rencontres réalisées font l’objet d’une série documentaire en préparation pour la chaîne Ushuaïa Tv intitulée « Il faut sauver les Alpes ».

Les Alpes particulièrement touchées par le dérèglement climatique

“Les Alpes, où je suis née, est une des régions les plus impactées par le dérèglement climatique, avec 2 degrés de réchauffement en moyenne par rapport à un degrés en Europe”, dit Nicolas pour justifier son choix des Alpes.

Et  grâce à son parapente dont le vol lent se rapproche le plus de celui des oiseaux,  il a pu, mieux encore,  constater les effets du changement. 

Comprendre comment les habitants vivent la modification de l’écosystème

Impressionné par cette dégradation,  il est ensuite allé  interviewer les  habitants pour comprendre comment ils ont vécu ces dernières années la fragilisation des écosystèmes. Il a aussi rencontré le tissu associatif , afin de mettre en lumière les solutions locales, concrètes qu’elles développent.

Prendre de la hauteur face au problème

Son  parapente n’est pas qu’un ascenseur.  Il dit lui-même que « prendre de la hauteur lui permet de comprendre la terre ».  Il ajoute « « Nous voulons montrer qu’il y a un continuum entre les solutions locales et celles à l’échelle globale.  C’est porteur  de ce message que Nicolas Plain sera présent au prochain festival de Cannes ou sa série « sauver les Alpes » sera diffusée à l’occasion de la semaine du cinéma positif.

Plus d'explications avec Claudia Cohen du Figaro demain au micro d'Emmanuel Moreau 

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.