Un graffeur brésilien redonne de la dignité aux chiffonniers de son pays en taguant leurs chariots. Le mouvement a dépassé les frontières du pays.

Les chariots des chiffonniers décorés par les artistes du mouvement Pimp my carroça
Les chariots des chiffonniers décorés par les artistes du mouvement Pimp my carroça © The gold Diggers Project

Tout a commencé à Sao Paulo, quand un artiste grapheur a croisé la route des chiffonniers anonymes qui nettoient les rues.

Les Catadores de Sao Paulo

Comme tout bon grapheur, le street artist brésilien Thiago Mundano est habitué à tagger au beau milieu de la nuit quand la ville est endormie. Au cours de ses escapades nocturnes, il fait la connaissance d’une autre catégorie de population également très active la nuit : les chiffonniers, ou "catadores" comme on les appelle à Sao Paulo. 

Des hommes invisibles 

Mundano se met donc à discuter avec eux et il se rend compte que ces chiffonniers jouent un rôle absolument crucial dans la ville car ils y collectent jusqu’à 90% des déchets recyclables. Cependant, ils ont beau être près de 20 000 rien qu’à Sao Paulo, ils travaillent sans aucune protection sociale et sans aucune reconnaissance ni de la municipalité, ni de la population. Pour Mundano, ces super héros du quotidien ont le pire pouvoir des super héros : l'invisibilité.  

Il décore leurs chariots

Alors, en 2007, Mundano se dit qu’il peut mettre ses talents et son art au service des catadores. Il commence donc à décorer leurs chariots, les fameuses "carroças", pour les rendre plus visibles et leur donner un statut dans la ville. Il leur donne des couleurs chatoyantes et joyeuses, et il ajoute des messages engagés comme "Mon véhicule à moi ne pollue pas !", "On pourrait aussi recycler tous les politiciens" ou encore “Un chiffonnier fait plus pour l’environnement que le Ministre de l’Environnement”. Celui-là n’est pas passé inaperçu, il a même valu à Thiago un rendez-vous avec le Ministre de l’Environnement brésilien pour discuter de la situation des chiffonniers dans le pays.

Pimp My Carroça

De fil en aiguille, d’autres street artists rejoignent Mundano pour redonner aux chiffonniers visibilité et dignité. Ce qui n’était qu’une initiative individuelle devient rapidement un véritable mouvement qui dépasse les frontières de Sao Paulo, et même du Brésil, et qui porte le nom “Pimp My Carroça”, une allusion à Pimp my Ride, une série américaine très populaire où de vieilles voitures sont récupérées pour être remises en état et customisées.

Une solution et pas un problème

Lors des événements organisés par Pimp My Carroça, les chiffonniers peuvent bien sûr faire relooker leur charriot, mais ils ont aussi l’opportunité de voir un médecin, de se faire masser ou encore de se faire couper les cheveux. Ainsi, en reconnectant les problématiques sociales et environnementales, Pimp My Carroça montre que ces chiffonniers, qui vivent dans des conditions très précaires, font partie de la solution et non pas du problème.

Un mouvement mondial

A ce jour, ce sont plus de 1 174 artistes et grapheurs qui ont aidé 1 300 chiffonniers dans 48 villes réparties sur 13 pays. Cette initiative s’inscrit dans un mouvement mondial plus large qui consiste à redonner à tous les chiffonniers, waste-pickers, catadores, recicladores et biffins la dignité qu’ils méritent. Dans certaines villes, comme à Pune en Inde, les chiffonniers se sont organisés pour obtenir des droits et travailler dans de meilleures conditions. Mais il y a encore du chemin à parcourir pour ceux qui représenteraient selon la Banque Mondiale 1% de la population urbaine mondiale, y compris en France !

Les explications d'Emma Stokking de l'agence Sparknews au micro d'Emmanuel Moreau

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.