Une alpiniste française s'attaque aux déchets abandonnés par 30 ans d’expéditions dans l’Himalaya. Elle organise l'évacuation de tonnes de détritus et met en place une charte de protection de la montagne.

Operation de nettoyage dans l'Everest
Operation de nettoyage dans l'Everest © Marion Chaygneaud-Dupuy

Marion Chaygneaud-Dupuy est guide de Haute-montagne. Elle est la première femme à avoir gravi trois fois l’Everest, ce sommet mythique. Installée au Tibet, elle s’est mise en tête de nettoyer ces 8 848 mètres souillés par 30 ans d’expéditions.

10 tonnes d'ordures 

Lors de sa première ascension, en 2013, Marion Chaygneaud-Dupuy fut effarée de la quantité de déchets rencontrés. Elle les avait estimé à 10 tonnes sur la seule zone de haute altitude. On trouve des piles en quantité, des boites de conserves, des cordes, des bouteilles d’oxygènes, de plastiques, des bidons....

Achever le nettoyage

Avec son organisation "Clean Everest", elle a réussi à convaincre pour sa première action de nettoyage 50 guides locaux de l'accompagner. En 3 ans, 8,5 tonnes ont été descendues soit les 3/4 de la quantité estimée.

Un modèle de gestion des déchets

Le gouvernement local a rallié sa cause et met maintenant des yaks à sa disposition. Elle a mis en place un processus d'évacuation des déchets adapté selon l’altitude des camps. Elle a créé une charte environnementale de protection de la montagne que doivent respecter les expéditions sous peine d'amende. Elle espère pouvoir l'étendre à toute la chaîne himalayenne d'ici quelques années.

L’alpiniste est lauréate du prix Terre de Femmes France 2019 de la fondation Yves Rocher.

Toutes les explications de Marion Chaygneaud-Dupuy, de Higland Initiatives, au micro d'Emmanuel Moreau

Aller plus loin

Écouter Affaires Sensibles Everest 78, la France à l’assaut du plus haut sommet du monde

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.