En Belgique, les abeilles sont devenues de précieuses alliées pour la protection de l'environnement. Une société analyse leur récolte pour mieux le protéger.

Des abeilles employées à contrôler notre environnement.
Des abeilles employées à contrôler notre environnement. © Getty / Mint Images

En 2012, le docteur en agronomie Bach Kim Nguyen, un expert des abeilles et ses associés, tous passionnés par le sujet, lancent BeeOdiversity. Ils ont comme objectif d’agir pour la préservation et la régénération de l’abeille et de son écosystème. Depuis cette date la société accumule les distinctions, les prix, pour son engagement à faire baisser la mortalité chez les abeilles.

L'abeille, porteuse de la solution

Après avoir essayé sans succès différentes méthodes, Bach Kim Nguyen arrive à la conclusion que les abeilles sont porteuses de la solution de leur propre régénérescence. En effet, les abeilles domestiques ramènent dans leur ruche un échantillon de tout ce qu’elles butinent ou récoltent involontairement dans un rayon de 1,5 km. L’analyse chimique et biologique de cet échantillon représente donc une mine d’informations sur la qualité de l’environnement local et donne des pistes pour l’améliorer.

Analyse du pollen

BeeOdiversity analyse donc le pollen et le nectar rapportés par les abeilles pour connaître avec précision le type de fleurs et donc de plantes trouvées dans les environs, ainsi que leurs quantités et leurs qualités. L’entreprise peut également détecter la présence de métaux lourds et de pesticides et même la radioactivité. Elle valorise ensuite ces informations précieuses auprès d’entreprises ou de mairies, et les utilise pour sensibiliser les agriculteurs afin qu’ils réduisent les pesticides. Enfin, BeeOdiversity intervient auprès de la population en distribuant des semences de fleurs et en faisant des conférences dans les écoles. 

Une méthode contestée

Cette approche a suscité quelques critiques de la part de spécialistes de la biodiversité qui estiment qu'il n'est pas possible de mesurer la biodiversité en écartant toutes les espèces d'abeilles sauvages et en privilégiant uniquement une étude sur l'abeille domestique, qui a forcément des biais lorsqu’elle butine ! BeeOdiverisity envisage donc d’élargir son étude à d’autres espèces d’abeilles.

Une moindre mortalité

En améliorant l’environnement, des abeilles, Bach Kim Nguyen et ses associés affirment qu’ils arrivent à réduire le taux de mortalité à 5% dans leurs colonies, alors que la moyenne des apiculteurs belges est de 30%.

La société butine à l'étranger

L’entreprise se déploie aujourd’hui à l’étranger, elle butine notamment au Royaume-Uni, en France et en Suisse. A ce jour, BeeOdiversity et son armada d’abeilles surveillent scrupuleusement 70 sites, pour une surface de plusieurs dizaines de milliers d’hectares.

Emma Stokking de l'agence Sparknews au micro d'Emmanuel Moreau

ECOUTEZ LE PODCAST DE RADIO FRANCE "AGIR POUR MA PLANÈTE" :

À l'occasion de la COP24, retrouvez toutes les émissions et les chroniques sur le changement climatique, par les antennes de Radio France. Quel est l'impact du réchauffement climatique sur l'environnement ? Quels dangers, quelles solutions ? À retrouver sur iTunes, sur Deezer ou en fil RSS.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.