Au Nigéria, un entrepreneur lutte contre le gaspillage alimentaire et la précarité des paysans avec des frigos solaires.

Des frigos solaires pour les légumes en Afrique
Des frigos solaires pour les légumes en Afrique © Getty / Mint Images

Nnaemeka Ikegwuonu développe, depuis 10 ans, toute sorte d’outils pour aider les petits agriculteurs à augmenter leurs revenus. Avec son entreprise ColdHubs, il propose une solution simple pour lutter contre les pertes des récoltes : installer des chambres froides près des fermes et des marchés pour préserver la production avant qu’elle soit livrée au consommateurs.

Une perte de 25% de revenus pour les agriculteurs

Cette solution tombe à point nommé : en 2011, le Programme alimentaire mondial de l’ONU estimait que les pertes annuelles de produits alimentaires en Afrique subsaharienne dépassaient 30% de la production agricole totale et coûtaient près de 4 milliards de dollars aux agriculteurs chaque année, soit environ 25% de leur revenu.

Des frigos solaires, une solution dans les zones non électrifiées

Ces frigos fonctionnent entièrement à l’énergie solaire ! Dans un pays où près de 100 millions de personnes n’ont pas accès à l’électricité, c’est tout simplement une nécessité, que les unités soient installées dans des villages ruraux isolés ou sur des marchés urbains animés. 

L’énergie du soleil était jusqu’alors une menace qui détérioraient les récoltes. Avec ColdHubs, elle est canalisée pour devenir l’alliée de leur conservation.

À moindre coût

Le fonctionnement de ces frigos est simple : à chaque utilisation, les agriculteurs doivent verser 50 centimes par caisse et par jour de réfrigération. C’est un modèle de paiement à la carte agile qui permet aux agriculteurs d’éviter les contrats d’entreposage coûteux. En plus d’améliorer la conservation des récoltes, ces frigos représentent aussi une protection sans faille contre les ravages d’insectes nuisibles.

Cette initiative sera présentée en octobre à Genève au Social Good Summit organisé par le PNUD (Programme des Nations unies pour le développement).

Retrouvez Emma Stokking de l'agence Sparknews au micro d'Emmanuel Moreau

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.