Une entreprise sociale kényane brise un tabou en transformant les excréments humains en combustible

Au Kenya les excréments sont transformées en buchettes de chauffage
Au Kenya les excréments sont transformées en buchettes de chauffage © Getty / Douglas Sacha

L' entreprise  a été créée en 2012 par Emily Woods et  Andrew Foote qui, après avoir travaillé plusieurs années dans le  développement international, étaient particulièrement  frustrés par le manque de solutions efficaces dans le secteur de  l’assainissement.

Le Kenya en besoin de toilettes

Emily et  Andrew ont donc décidé de se lancer dans une aventure entrepreneuriale et ils ont monté la societe Sanivation  pour expérimenter des dispositifs plus agiles et adaptés aux besoins des populations locales. D’après  l’ONG WaterAid, seuls trois Kenyans sur dix ont accès à des toilettes  décentes. Les autres sont contraints d’aller dans la nature ou  d’utiliser des latrines de  fortune qui fuient régulièrement et contribuent à polluer les cours  d’eau et à propager des maladies hydriques qui sont la deuxième cause de  mortalité infantile dans le pays.

Des toilettes plastiques chez des clients

En 2012,  suite à une mission, Emily et Andrew s’installent dans la ville de  Naivasha, à une centaine de kilomètre au nord de Nairobi, la capitale.  C’est là qu’ils décident de lancer  un premier projet pilote en 2014. Le principe est simple : installer  gratuitement des toilettes en plastique chez les clients - il faut  imaginer une grande boîte en plastique bleu avec une cuvette et un  couvercle. Ensuite, Sanivation facture 700 shillings  kényan (un peu plus de 6 euros) par mois pour en collecter le contenu.

Collecte des excréments

Une  fois collecté, ce fameux contenu va devenir la matière première pour  une seconde activité développée par Sanivation : la production de  combustibles écologiques, sains et bien  sûr inodores. Pour les fabriquer, Sanivation fait chauffer les déchets  humains collectés à haute température pour tuer les bactéries, puis les mélanges seront ensuite vendues dans les supermarchés locaux.

Double impact

Sanivation  lutte ainsi  à la fois contre la pollution de l’eau en réduisant la défécation  en plein air, et contre la déforestation en proposant une alternative  au bois utilisé comme combustible, ce qui aujourd’hui est un concept de  plus en plus repris

1500 tonnes 

Sanivation  n’a pas vocation à remplacer les systèmes d’égouts publics, mais plutôt  à être une solution transitoire. Aujourd’hui, l’entreprise permet à  plus de 20 000 personnes d’avoir  accès à des toilettes décentes. Elle a produit plus de 1 500 tonnes de  briquettes de charbon, ce qui selon les calculs d’Andrew et d’Emily  équivaut à 65 000 arbres sauvés…

Plus d'explications avec Emma Stokking de l'agence Sparknews au micro d'Emmanuel Moreau

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.