C’est auprès de deux associés, Josse et Arthur, fondateurs d’une jeune société dans la métropole lilloise que nous trouvons une solution idéale pour purifier les villes : la mousse végétale.

Verdir la ville grâce à la mousse
Verdir la ville grâce à la mousse © Getty / Fernando Trabanco Fotografía

Verdir les villes, végétaliser les bâtiments, respirer un air moins pollué et profiter des éclats du soleil en pleine cité. Vivre mieux tout simplement. La mousse végétale n'a pas de racine, elle est résistante aux grandes sécheresses et surtout, c'est un absorbeur naturel des poussières, elle est dépolluante et 100% verte. La mousse va peut-être nous changer la vie. Josse le Blan est l'invité de Philippe Bertrand.

L'Esprit d'initiative Philippe Bertrand, vous avez trouvé une façon originale de purifier nos intérieurs, 

La technique de base est un film textile sur lequel adhère la mousse, nous explique Josse le Blan. "Il n'y a pas de racines, donc pas besoin de substrat. On va la cultiver sur un géotextile recyclé qui va lui permettre de garder l'humidité lors des périodes de pluie pour qu'elle puisse s'épanouir, mais également sécher rapidement pour protéger le revêtement de la toiture ou du mur".

En extérieur, le système paraît simple. Mais les deux associés ont également décidé de proposer cette mousse en intérieur. Pour cela, il s'agit de reproduire tous les ingrédients dont elle a besoin à l'extérieur : de l'eau et de la lumière. Pour cela, un système d'irrigation unique qui va brumiser les gouttes de la taille de 1 à 5 micromètres donc des dizaines, voire des centaines de fois moins épais qu'un cheveu, a été développé pour pouvoir irriguer sans endommager la pièce. Et puis ensuite, une lampe horticole spécifique basse consommation est prévue pour activer la photosynthèse. 

Josse le Blan explique avoir travaillé avec des bryologues, spécialistes de la mousse pour créer cette mousse végétale. "C'est une branche très particulière de la botanique, la bryologie. On a de la chance qu'en France, on a des bryologues. Depuis le début du projet, on s'est fait accompagner. On a des experts qui nous guide pour qu'on puisse créer les murs et les toitures les plus durables possibles pour la mousse. Et on travaille avec des producteurs des régions françaises de Mayenne et de la frontière franco-allemande".

Le but pour les deux associés est de convertir d'autres personnes à la production de cette mousse. Ils ont convaincu certaines entreprises de la région lilloise, comme des particuliers : "mais on commence maintenant à s'étendre sur la grande région nord, donc vers Paris, Reims et Rouen". 

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.