Des cheffes venues de loin dont les recettes sollicitent autant les papilles que l’imaginaire sont très sollicitées.

Des recettes familiales du monde entier
Des recettes familiales du monde entier © Getty / Jose Luis Raota

Plusieurs grandes entreprises ont déjà fait appel à ces cheffes. Elle propose en effet un service de traiteur du monde, aux saveurs toutes particulières.

Une cuisine transmises de mères en filles

Si le couscous est si bon c’est parce qu’il a été fait à la main, si les bouchées de hallumi ont ce goût si subtil c’est parce qu’elles ont été poêlées à la confiture de coing… En fait derrière chacun de ces plats il y a avant tout une cuisine familiale pour ouvrir les goûts et les esprits. Ce sont des recettes que l'on se transmet de générations en générations.

Des femmes des quatre coins du monde aux fourneaux 

Derrière les fourneaux, ce sont des  femmes. Elles sont issues de tous types de migrations. Elles viennent des quatre coins du monde. Afrique, Asie, Amérique latine, Moyen-Orient , Scandinavie et toutes veulent partager leur culture.

Un cycle pour permettre à ces femmes d'exprimer leur talent

Une start-up a été crée pour valoriser ces femmes. C’est une des raisons de la création de Meet my mama. 

De nombreuses femmes issues de l’immigration ou réfugiées ont un savoir-faire unique pour la cuisine de leur pays d’origine et ce talent méritait d’être mieux valorisé

... annonce  Loubna Ksibi, co-fondatrice de la petite structure. 

La plate forme a donc mis sur pied un cycle d’accompagnement, une académie  pour leur permettre de s'exprimer à la fois par leurs savoir faire culinaire mais aussi verbalement.

Des femmes cheffes et indépendantes

Elles ont ainsi aussi bien appris les gestes indispensables du métier, les règles d’hygiène, mais aussi a utiliser les outils numériques. Elles savent ainsi trouver les mots pour présenter leurs plats et toute la culture qui va avec. 

"L’idée c’est de les aider à passer d’un statut de femmes au foyer ou de migrantes à celui de femmes cheffes, indépendantes et entrepreneures", précisent les créateurs de la plateforme. Le but recherché par les fondateurs étant de rendre ces femmes indépendantes. 

Elles sont remunérées entre 300 et 800 euros selon le nombre de couverts.

Cent vingt "mamas" formés

Au total, la plateforme a accompagné 120 « mamas » à ce jour, qui ont cuisiné pour 50 000 convives et 250 entreprises différentes depuis le début de 2017, date de lancement. Chaque mois, la structure est capable de couvrir 100 à 200 événements et ses concepteurs ont dépassé les  500 000 euros de chiffres d’affaire qu’ils s’étaient fixés pour  2018.

Mathilde Golla du Figaro demain au micro d'Emmanuel Moreau 

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.