Une jeune femme d’origine franco japonaise cultive au cœur de Paris, dans un champs, des fleurs destinées aux particuliers.

Masami-Charlotte Lavault dans son champs de couleurs
Masami-Charlotte Lavault dans son champs de couleurs © Radio France / Emmanuel Moreau

Masami-Charlotte Lavault était designeuse à Londres. Lassée de réaliser des objets qui ne correspondait pas à son éthique, elle s’est reconvertit dans la culture des fleurs.

Première floricultrice

Apres 2 ans de stages au Maroc, au Pays de Galles et au Japon, elle a posé ses arrosoirs  et entrepris de devenir la première floricultrice de la capitale en montant  un jardin exceptionnel.

Au fond du cimetière de Belleville

Celui-ci est situé au fond du cimetière de Belleville à  l’abri des regards. Le champs mesure 1200 m2 et elle y fait poussé  plus de 120 espèces de plantes destinées à être vendus essentiellements aux particuliers.

Des zinnias, des dahlias, des tomates bleues

Actuellement le jardin est un manteau d'Arlequin. Les couleurs de l’automne se répondent . On y trouve  des zinnias, des dahlias, du mais, des tomates bleues. Masami aime bien mélanger quelques fruits légumes à ses bouquets. 

Des plantes tordues

"J'aime beaucoup quand les plantes sont un peu tordues" sourie Masami. Elle apprécie quand celles-çi portent la trace de leur vécu, quand par exemple elles sont recourbées apres un fort coup de vent.  Ses fleurs ne ressemblent pas aux fleurs traditionnelles bien calibrées qui sont toutes droites, avec de grosses têtes. ..

Une profession qui se féminise

Masami a, depuis peu de temps, une associée. Elle est heureuse de voir qu’elle a ouvert une voie dans le monde masculin de la fleur car de plus en plus de femmes la suivent sur ce chemin. 

Masami-Charlotte Lavault  dans sa ferme Plein airau micro d'Emmanuel Moreau

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.