Depuis 1990, les transports en commun de Nairobi n’ont pas cessé de se dégrader.

Jacqueline Klopp , une américaine, chercheuse en sciences sociales a redessiné les lignes de bus empruntées par les matatus , bus informels aux horaires aussi fantaisistes que leurs tarifs. En partenariat avec l’université Columbia de New York, le MIT de Boston et l’université de Nairobi, elle a pu dresser la carte de ces réseaux informels. Chargée plus de 5000 fois en six mois cette carte a été adoptée par la mairie de Nairobi.

Interview de Marion Quiillard, journaliste à la Revue21.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.