A Monbazillac au sud de Bergerac (dont le vin liquoreux bénéficie d’une appellation contrôlée), une vingtaine de viticulteurs s’est engagé à planter cet automne, en bordure de leurs vignes, des arbres fruitiers.L'assurance de plus de biodiversité.

Planter des arbres dans la vigne c'est l'assurance de bidiversité et de protection naturelle contre les infections
Planter des arbres dans la vigne c'est l'assurance de bidiversité et de protection naturelle contre les infections © Getty / De Agostini

Ce projet d'arbres en libre service va embellir le paysage mais il  a surtout  pour objet de retisser un lien entre la ville et la campagne, les vignerons et les urbains.

Fruit pour tous, servez-vous

Cette initiative est portée  par la Fabrique des transitions , un groupe qui recoupe  l’interproffession des vins de Bergerac et Duras, des organisations  professionnelles agricoles, les collectivités locales.

Ces arbres une fois plantés dessineront tout un parcours ou les fruits  seront en libre service. Les promeneurs  ainsi tout au long de leur déambulation pourront en faire la cueillette. Il n’y aura pas de méprise possible. Chacun des  arbres aura son panneau ou il sera indiqué : "fruit pour tous, servez vous".

700 à 800 arbres

Les plantations représentent entre 700 et 800 arbres. Ils  seront répartis entre les parcelles dont les propriétaires se sont  d’ores et déjà engagés à se rendre disponible pour fournir toutes les  explications aux randonneurs qui souhaiteraient en savoir d’avantage. 

Les espèces les plus robustes

Les arbres fruitiers qui seront plantés ne sont pas encore connus. Depuis le  début de l’année, des pépiniéristes et un groupe de techniciens se réunissent afin d’en établir la liste. Ils souhaitent  avant tout trouver les espèces les plus robustes  afin de ne pas avoir à les traiter dans la mesure du possible. Ce ne  sont donc pas les arbres qui donnent  les plus beaux fruits qui seront retenus mais bien les plus naturels et les meilleurs au goût.

Budget participatif 

Ce  projet est financé par le budget participatif du Conseil départemental de la Dordogne. Il permettra aux vignerons de percevoir 36 000 euros qui vont servir à acheter les arbres et  monter un site internet qui servira entre autres à les géolocaliser. 

Les pèches de vigne

Ces arbres vont permettre de renouer avec les traditions agricoles. Faire cohabiter d’autres végétaux a longtemps été utilisé pour protéger la vigne avant l’utilisation de pesticide. C’est ainsi que l’on voyait souvent des pêchers mais aussi dans le même esprit de protection des rosiers pousser dans les rangs de vignes.  Ce projet s’inscrit dans un souhait de développement de l'agroforesterie

Avec ces arbres en libre-service, c’est plus de biodiversité , une plus grande résistance aux infections et pour les promeneurs la promesse qu’il n’y aura plus de fruits défendus ... 

Plus d'explications avec Pierre Zéau du Figaro demain au micro d'Emmanuel Moreau

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.