Un éboueur colombien repêche les plus grandes œuvres littéraires des poubelles de Bogotá pour les rendre accessibles au plus grand nombre.

A Bogota un éboueur sauve de la poubelle les beaux textes pour ses bibliothéques
A Bogota un éboueur sauve de la poubelle les beaux textes pour ses bibliothéques © Getty / UniversalImagesGroup

Dans son quartier, il est connu comme le « Seigneur des livres ». Âgé aujourd’hui de 55 ans, Alberto José Gutiérrez a commencé à sauver des livres lorsqu'il était chauffeur de camion-poubelle, il y a 20 ans.

Anna Karenine , le choc

Un jour, il a retrouvé Anna Karenine de Tolstoï dans une poubelle de l'un des quartiers les plus riches de la ville. Ce grand passionné de littérature ne pouvait pas admettre qu’un tel chef d’oeuvre de la littérature puisse se retrouver dans une décharge. Il l’a donc récupéré en se disant qu’il allait le prêter à ses voisins. Et ce fut le début d’une longue histoire...

Une première bibliothèque communautaire

Au fil de ses tournées, ce fut au tour de Don Quichotte, du Petit Prince et d’Autant en Emporte le Vent d’être rescapés des poubelles de Bogotá. Avec son épouse, José a alors ouvert une bibliothèque communautaire dans sa maison pour permettre l’accès à la littérature et à la culture à ceux qui n'avaient pas les moyens de payer. Le succès a été immédiat dans sa communauté.

Puis une fondation

Dix ans plus tard, il créé la fondation La Fuerza de las Palabras, Le Pouvoir des Mots, pour pouvoir partager au-delà de son quartier les dizaines de milliers de livres qui auraient sinon été jetés. Le principe de sa fondation est simple : toute personne qui souhaite donner des livres appelle le standard et indique sa position géographique et la liste d’ouvrages à disposition. Les Gutiérrez font leur sélection, et identifient à proximité une école, une bibliothèque ou un centre de lecture qui pourrait être intéressé.

Une caisse pour les Farcs

En Coombie,  seuls 4 jeunes sur 10 vont à l’université. Du coup, les zones rurales et les communautés les plus reculées sont sa cible prioritaire de José, si bien que l’année dernière, il a réussi à acheminer cinq caisses de livres par avion à la communauté indigène Huitotacueimaní qui vit dans les forêts tropicales au sud du pays. Auparavant, le “Seigneur des Livres” avait également envoyé des livres aux FARC, persuadé que la lecture était un symbole de paix et d’espérance pour son pays.

Pas prêt de tourner la page

En 20 ans, José Gutiérrez a réussi à sauver plus de 50 000 livres abandonnés et les a mis à disposition d’autant de lecteurs. À ce jour, quinze autres bibliothèques ont été ouvertes dans d'autres quartiers de Bogotá. Grâce à sa fondation, il a également acheminé ses livres dans plus de 450 bibliothèques, écoles et centres de lecture à travers le pays, principalement dans des zones reculées.

Toutes les explications avec Emma Stokking de l'agence Sparknews au micro d'Emmanuel Moreau

Une initiative du même ordre en Turquie

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.