Dès le premier soir du deuxième confinement, des camions ont sillonné les rues de Paris. Ils ont tourné plusieurs jours afin de récupérer les denrées alimentaires des restaurants obligés de fermer.

Les produits frais du restaurant attendent le passage du camion de Phénix
Les produits frais du restaurant attendent le passage du camion de Phénix © @phenix

Le jeudi 29 octobre minuit a débuté le deuxième confinement. Dans la soirée, une noria de camions antigaspi avait commencé à sillonner les rues de Paris.

Opération coup de poing

Ils étaient envoyés par Phenix, une association qui, depuis des années, lutte contre le gaspillage alimentaire soit en distribuant de la nourriture aux associations, soit en proposant aux particuliers via son application d’acheter à petits prix les invendus dans les commerces de proximités. Mais ce soir-là, il s’agissait d’une action particulière, une opération coup de poing qui a duré plusieurs jours.

120 restaurants

Les équipes ont pu collecter auprès de 120 restaurants dans la capitale. Les quantités disponibles étaient moins importantes que lors du 1er confinement. Les restaurateurs s'étaient mieux organisés et avaient certainement anticipé la crise.

Des produits frais 

Les camions antigaspi ont permis de mettre la main sur une variété de produits frais que les associations n'ont pas l'habitude de recevoir. Il y avait des œufs, des fruits et des légumes . Des denrées qui sont très complémentaires de ce qu'elles peuvent collecter par ailleurs auprès de la grande distribution. 

Moins de produits et une demande plus importante

Avec ce 2ème confinement, l’association Phenix constate qu’elle est encore plus sollicitée. Aussi bien par les particuliers qui cherchent à acheter moins cher via son application que par les associations qui ont pu reprendre du service grâce à l’arrivée de bénévoles plus jeunes. Le Secours Populaire comptabilise une augmentation de 35% des demandes pour le 1er semestre. 

Pour en savoir plus, retrouvez Jean Moreau co-fondateur de Phenix au micro d'Emmanuel Moreau.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.