Une jeune société redonne une seconde vie aux bateaux de plaisance fatigués de naviguer. Elle les transforme en habitat pour particuliers ou des collectivités.

Transformer les bateaux en fin de vie en habitat
Transformer les bateaux en fin de vie en habitat © Getty / Robin Pope / EyeEm

Batho est chantier naval écologique et solidaire à Rézé, près de Nantes. Son fondateur, sort de la mer les vieux bateaux de plaisance, les vedettes pour leur permettre de mener sur terre une deuxième vie moins agitée. Apres quelques mois de travaux dans son hangar et quelques modifications, ceux-ci  sont transformés en habitation. Ils échappent ainsi à la destruction, véritable casse tête car le polyester - composant principal des coques - est une matière non recyclable et qui présente un réel souci pour les propriétaires.

Des milliers de bateaux  en fin de vie

Avec le temps ce sont en effet des centaines de milliers de bateaux de plaisance construits en polyester dans les années 60 qui se retrouvent aujourd’hui au rebut. Didier Toqué le fondateur de Batho surf sur la vague et et explique qu’il reçoit en moyenne pas moins de 5 appels par jour de propriétaire qui souhaite se débarrasser de leur rafio à moindre frais.

Racheté un euro symbolique, les propriétaires sont encore gagnants

Faire disparaître une bateau en polyester coûte entre 2.000 et 3.000 euros à un particulier. La jeune société de Didier Tocqué propose elle de racheter 1 euros le bateau car elle estime pouvoir le revendre entre 15.000 et 20.000 euros, selon sa taille. Tout le monde est ainsi gagnant.

Rénover dans l'esprit d'un vrai bateau

Le principe est de garder le charme d’un vrai bateau en l’allegant de  tout l'aspect mécanique. Les moteurs sont enlevés, ainsi que les accessoires de navigation afin d'être recyclés. L’intérieur est réaménagé pour créer un habitat confortable avec salon, douches, chambre à coucher terrasses....

Pret pour de nouvelles  croisières douce

Ainsi transformés, ils peuvent être un habitat complémentaire dans un jardin ou reliés entre eux par un ponton devenir par exemple une espèce de « port camping ». Le concept est à l’étude. Mais pour l’heure « Batho » vient de remporter un appel à projet du département de Loire Atlantique avec « des croisières immobiles ». Il s’agit d’aménager en bord de Loire un parcours planté de leurs bateaux logement tout équipé pour passer la nuit. Ainsi les randonneurs, les vtetiste, les cavaliers pourront continuer leur périple chaque soir en naviguant au calme dans un océan de rêves.  

Antoine Garbay du Figaro demain au micro d'Emmanuel Moreau

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.