Une entreprise sociale de Londres forme des SDF à préparer et distribuer le café dans les quartiers d’affaires.

Les sdf vendeurs de café à Londres
Les sdf vendeurs de café à Londres © Getty / Mongkol Chuewong

L'association s'appelle Change Please. Elle salarie les sans domiciles fixes et les aide à trouver un logement dans les dix jours. Cette idée, on la doit à Cemal Ezel, un entrepreneur qui a longtemps travaillé dans le quartier d’affaires de La City.

De plus en plus de SDF

Les sans domiciles fixes sont, chaque année, plus nombreux, leur nombre ne cesse d'augmenter depuis 2010. Ainsi tous les jours sur le chemin du travail, Cemal passait devant eux. Et comme la plupart des passants, il se sentait impuissant et finissait par ne plus les voir. En revanche, il faisait régulièrement un petit détour par un coffee shop pour aller s’acheter un latte à 3 livres à emporter.

On ne boit pas que du thé à Londres

Un Londonien boit en moyenne deux cafés par jour et la demande explose. D’ici 2020, on estime que le secteur du café va créer 100 000 emplois et il y a un manque de formations et de compétences précises en la matière, pour avoir des baristas, c’est-à-dire des serveurs spécialistes du café qualifiés. C'est ainsi que Cemal a eu l’idée de profiter de cette montée en puissance de la demande de café pour aider des SDF à sortir de la rue.

Former des sans-abris

Il a recruté des personnes dans les associations locales d’aide aux sans-abri, et dans les coffee shops. Il a aussi investi dans du bon matériel pour faire du café de qualité. Il a pu ainsi former des sans-abri en leur donnant un salaire décent pour Londres. Il les aide à faire valoir leurs compétences de baristas pour qu'ils puissent trouver ensuite un emploi pérenne et sortir définitivement de la pauvreté.

Sucés de l’entreprise sociale

Le premier coffee truck de Change Please, un petit camion avec une magnifique cafetière à l’arrière, a été installé à Covent Garden en 2015. Les gens ont adoré : plus de 1 000 cafés ont été servis par des SDF la première semaine et plus de 78 000 cafés les 4 premiers mois ! Au fil des années, cette idée toute simple est devenue l’un des plus beaux succès d’entreprise sociale à Londres.

Bio carburant avec le marc de café

L’association ne s’arrête pas là : elle achète son café à des productrices péruviennes victimes de violences domestiques. Il est ensuite torréfié à Londres par des sans-abri, et vendu par des sans-abri. L’association utilise des panneaux solaires sur ses petits camions distributeurs de café, les contenants sont biodégradables et le marc de café est récupéré pour être transformé en biocarburant !

Emma Stokking de l'agence Sparknews au micro d'Emmanuel Moreau

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.