Dans toute la France se multiplient les foires de troc entre particuliers. Les participants sont en augmentation. Les motivations sont à la fois économique et écologique. Les foires d’échanges sont de plus en plus populaires. Elle se multiplient sur tout le territoire.

70% de nos vêtements restent ne sont pas portés.
70% de nos vêtements restent ne sont pas portés. © Getty / Sharon Pruitt / EyeEm

Les participants  viennent échanger des vêtements, des livres, différents accessoires et objets. Ils en profitent pour renouveler ainsi gratuitement  leur garde robe, leur bibliothèque, leur intérieur

"Seul les sous vêtements ne sont pas acceptés"

Jeudi soir , par exemple,  l’une de ces foires très courue, se déroulera dans le 4eme arrondissement à  Paris à la maison du Paris Durable. Pour y participer il faut s’inscrire. Mais il faut être rapide. L’évènement est tellement suivi qu’en quelques minutes, toutes les places sont prises. «Hommes, femmes, enfants… Tout le monde peut venir tout échanger ou presque», précise  Myriam Attias, organisatrice des soirées «Free Troc Party» dans la capitale et elle ajoute toutefois  «Seuls les sous-vêtements ne sont pas acceptés».

On dépose ses objets et on en prend d'autres

Les inscrits arrivent avec leurs lots d’objets. Il les déposent. Puis ils s’en vont chiner faire leur marché. Il n’y a pas de marchandage, pas d’argent. Plus de 2500 objets sont échangés au cours de ces foires qui ont lieu tous les 3 mois à Paris.  «Nous rencontrons tous types de situations, de ceux qui apportent peu de choses et repartent avec beaucoup, à ceux qui viennent simplement se débarrasser utilement d’objets ou de vêtements dont ils ne veulent plus», a pu constater  Myriam Attias

70% de nos vêtements ne sont jamais portés

Ce sont surtout des femmes qui participent à ces échanges. Elles ont de 25 à 35 ans,  de profils sociaux économiques très différents.  Elles viennent à la fois pour des raisons economiquee et écologiques.  Ce marché de la seconde main est d’autant plus justifié que selon Novethic, 70% de nos vêtements ne sont jamais portés. Toutefois, les comportements changent. En 2018, 44% des Français affirment selon l’Institut français de la mode (IFM) en avoir acheté moins que année précédente, dont 40% pour des raisons idéologiques. D’où l’engouement pour ces foires d’échange.

Mathilde Golla du Figaro demain au micro d'Emmanuel Moreau

Paris-friendly.fr rubrique shopping.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.