En Suède, une carte bancaire calcule les émissions de CO2 de nos achats. Elle a été créée par une start-up montée pour mettre sur le marché des produits permettant d’accélérer la transition.

Consommer differement avec la carte de paiement qui calcule les émissions de co2 des objets achetés
Consommer differement avec la carte de paiement qui calcule les émissions de co2 des objets achetés © Getty / Justin Paget

Doconomy a été lancée, il y a un an, par la Suédoise Nathalie Green. Auparavant, Nathalie avait travaillé pendant près de 10 ans dans le secteur de la banque et de l’assurance. Mais face à l’inertie des grandes institutions pour répondre à l’urgence climatique, Nathalie a décidé de quitter son poste et de dédier toute son énergie à la création de produits permettant d’accélérer la transition écologique.

Ne pas attendre seulement des grandes institutions 

La philosophie de Doconomy repose sur la conviction que chacun à son niveau peut faire la différence. Au lieu d’attendre que le changement vienne uniquement des grandes entreprises et des gouvernements, Nathalie s’est donnée pour mission de créer des outils efficaces et accessibles pour rendre les modes de vie, et en particulier la consommation, plus durable.

Une première application mobile

Avec son équipe, elle a commencé par imaginer “Do”, une application mobile qui permet de mesurer les émissions de CO2 de nos achats.  Et début 2020, la start-up lancera un autre produit qui concerne un objet que nous utilisons tous les jours et qui, pour Nathalie, symbolise bien le modèle consumériste à l’origine de la destruction de l’environnement : la carte bancaire. La Do-Card développée par Doconomy intègre ainsi la technologie du Ålands Index, un outil financier finlandais qui utilise le big data pour faire correspondre à chaque achat une  estimation aussi rigoureuse que possible des émissions de CO2 liées à sa production et à sa consommation.

Une alerte sur le portable 

Concrètement, à chaque utilisation de la carte, son possesseur reçoit une alerte qui lui indique l’empreinte carbone de l’achat. Par exemple, à son passage en caisse, il saura que l’achat d’un jean correspond à 32 kg de CO2.

Des achats plafonnés

Une version de cette Do-Card, aura un plafond d’émission carbone. Au-delà de ce plafond, les achats ne seront plus possibles. Cela reviendra à avoir un budget carbone mensuel à ne pas dépasser.

Pour plus de détails, retrouvez Emma Stokking de l'agence Sparknews au micro d'Emmanuel Moreau

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.