Une association de coiffeurs collecte les cheveux pour lutter contre la pollution en mer. La collecte commencée dans le Var s'étend dans toute la France.

Un millier de coiffeurs rejoingent les coiffeurs justes
Un millier de coiffeurs rejoingent les coiffeurs justes © Getty / Hero Images

Cette initiative a vu le jour dans le Var où Thierry Gras est coiffeur depuis 30 ans. Installé à Saint-Zacharie à coté d’Aubagne, cela fait des années qu’il stocke les cheveux qu’il coupe.

Barrière anti-pollution

Dans quelques jours, il va envoyer, pour la première fois, sa collecte dans des centres de réinsertion afin qu’elle soit transformée en "barrière antipollution". La fibre capillaire permettrait de retenir certains polluants comme les huiles solaires ou les hydrocarbures, deux importantes causes de pollution marine. 

"Avec 1 kilo de cheveux, on peut pomper 8 litres de pétrole", annonce le Varois. Les boudins réalisés avec les cheveux seront revendus à des ports ou communautés de communes. Plusieurs d’entre eux se déclarent intéressés.

1 000 salons de coiffure concernés

Pour les coiffeurs, les cheveux coupés représentent 50% de leurs déchets. 3 000 à 4000 tonnes sont jetées chaque année. Ainsi, en créant en 2015, l’association Coiffeurs justes, il proposait une solution. Assez vite, il a réussi à avoir des correspondants au-delà du Var comme par exemple, en Mayenne ou dans le Maine-et-Loire. Aujourd’hui, ce sont plus de 1 000 salons repartis dans toute la France qui participent à son aventure.

5 tonnes de cheveux collectés

Pour rejoindre le projet, il faut s’acquitter de 25 euros de cotisation, puis ensuite acheter les sacs de recyclage à 1 euros l’unité. Ceux-ci peuvent contenir jusqu'à 2 kg de cheveux, ce qui représente environ 220 coupes. "Chaque semaine, des dizaines de salons rejoignent l’association" assure Thierry Gras. A ce jour, 5 tonnes de cheveux ont ainsi été collectées. 

Des filtres moins chers

Ces boudins de cheveux présentent plusieurs avantages. Ces filtres naturels sont moins chers que les filtres synthétiques. De plus, après avoir été lavés, ceux-ci sont réutilisables une dizaine de fois environ.

Une technique déjà utilisée lors de marées noires

Cette solution a déjà été utilisée à plusieurs reprises pour contenir, dans la mesure du possible, différents épisodes de marées noires. En 2010, notamment, l’association américaine Matter of Trust avait entamé une récolte de cheveux après l’explosion de la plateforme Deepwater au large de la Nouvelle-Orléans. Même chose en 2007, dans la baie de San Francisco, ou encore en 1978 lors du naufrage de l’Amoco Cadiz, précise Pierre Zéau du Figaro demain au micro d'Emmanuel Moreau

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.