En reconstituant une mémoire végétale, des ingénieurs agronomes de Lyon favorisent une alimentation plus diversifiée et créent un modèle économique viable.

L'Institut Vavilov à Saint-Pétersbourg collecte depuis 1894 des milliers de semences, racines et boutures du monde entier.
L'Institut Vavilov à Saint-Pétersbourg collecte depuis 1894 des milliers de semences, racines et boutures du monde entier. © Maxppp / Michèle Constantini/AltoPress

Installé à Écully dans la région lyonnaise au siège de la Société Seb, un potager de plantes oubliées vient de voir le jour. On y trouve des légumes de la région disparus depuis au moins cent ans. Les graines de ses plantes oubliées ont été retrouvées à l’Institut Vavilov à Saint-Pétersbourg.

Un institut qui depuis 1894 collecte des milliers de semences, racines et boutures du monde entier. Cette réserve mondiale avait été conçue par le botaniste Nicolai Vavilov qui pensait que la sécurité alimentaire ne serait assurée que si la diversité était préservée. Sur place les ingénieurs ont retrouvé 270 variétés locales de fruits et légumes disparus. Créer ce jardin de la région lyonnaise revient à protéger les gênes de ces plantes, un moyen pour les pays et les agriculteurs de moins dépendre des grands semenciers.

Martine Golla, journaliste au Figaro Demain au micro d’Emmanuel MOREAU

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.