Philippe Bertrand vous propose de passer une "mortelle soirée" pour casser la routine des soirées sous couvre-feu ! Il s'agit de passer du temps à résoudre une enquête, une sorte de Cluedo en format jeu de rôle. Un jeu imaginé au départ pour les entreprises, qui amuse et occupe aussi très bien les particuliers.

Et si vous passiez une soirée dans le rôle d'un enquêteur ?
Et si vous passiez une soirée dans le rôle d'un enquêteur ? © Getty / Maciej Toporowicz, NYC

Cette mortelle soirée vous place dans le rôle d’enquêteur dans une sombre histoire criminelle concoctée par Pascal Martin. Il est l'invité de Philippe Bertrand.

Le couvre-feu n'arrange pas notre vie. Après 18 heures à la maison, les ordinateurs tournent plein pot. La télé déverse ses émissions en espérant appâter de nouveaux clients. Et puis gagné par lassitude, on tente de combler le vide d'une journée à tuer.

Pour casser la routine, j'ai justement une solution pour vous : une mortelle soirée. 

Entretien avec Pascal Martin, l'inventeur de "Mortelle soirée"

Cette mortelle soirée vous place dans le rôle d'enquêteur, dans une sombre histoire criminelle concoctée par Pascal Martin. 

Philippe Bertrand : "C'est précisément pour tuer le temps que vous avez inventé ces mortelles soirées ?" 

Pascal Martin : "Oui, pour tuer le temps. Et puis pour occuper le temps de nos compatriotes qui doivent s'ennuyer un peu lors des longues soirées d'hiver et de printemps."

Philippe Bertrand : "En fait, vous avez inventé ce qui relève un peu d'un Cluedo en format jeu de rôle. Il s'agissait d'abord en présentiel, dans le cadre d'animations événementielles d'entreprises ?"

PM : "Oui, et c'était soit pour faire du pur divertissement dans le cadre des entreprises, ou alors de la cohésion d'équipe aussi (comme du team building), et bien sûr, avec le confinement, tous les lieux réceptifs ont fermés. Donc il a fallu que nous nous adaptions"

PB : "Vous êtes auteur des scénarii. Vous faites intervenir aussi des comédiens. On a la participation d'un commissaire, d'un témoin. Donc, déjà, à partir de ça, il y a une mise en scène qui est réalisée ?"

PM : "Oui, chacun est actuellement chez lui. On est en visioconférence. Et donc on fait un travail de mise en scène. Les comédiens se costument, bien sûr. Ils ont un arrière-plan aussi pensé en fonction de l'histoire de leurs personnages, du lieu où ils sont censés se trouver. Ils interagissent avec les enquêteurs qui sont eux-mêmes chez eux. Et donc, au travers de ces entretiens et avec aussi des informations de type police technique et scientifique, il faut qu'ils résolvent l'affaire."

PB : "Idéalement la "mortelle soirée", c'est le samedi ?

PM : "Nous, on en propose ouvertes au public le samedi soir. Vient qui veut. Les gens s'inscrivent sur le site Internet, mais pour le monde de l'entreprise, c'est le client qui décide à quelle heure, quel jour et quel scénario il veut que nous jouions."

PB : "Vous n'avez pas reçu de plaintes pour cauchemars à la suite d'une mortelle soirée ? 

PM : "Non, c'est plutôt bon enfant. Les gens passent un bon moment, ils s'amusent. Et puis, les comédiens sont dans leurs personnages. Moi, je joue un peu le commissaire un peu vintage, à l'ancienne, genre Maigret bougon, mais il y a des commissaires qui ne sont plus dans un rôle à la Starsky et Hutch, plus punchy en fonction de la personnalité que j'ai définie dans l'histoire."

Capture écran du site de Mortelle soirée
Capture écran du site de Mortelle soirée / Mortelle soirée
L'équipe