Deux écologistes ont créé la plus grande zone marine protégée au monde aux Îles Cook en invoquant la tradition.

21 espèces de cétacés sont  protégées grâce à la tradition
21 espèces de cétacés sont protégées grâce à la tradition © Getty / Sabrina Bekeschus / EyeEm

Kevin Iro, ancien rugbyman néo-zélandais, et Jacqueline Evans, politicienne écologiste originaire des Îles Cook, ont une passion : la mer. Ils s’intéressent à tous les êtres qui l’habitent, des coraux aux thons en passant par les majestueuses tortues de mer. Ils ont créé l’association de protection de la biodiversité marine Marae Moana, qui signifie “Océans Sacrés” en maori, et qui s’inspire de l’imaginaire polynésien.

15 000 habitants, 2 millions de km²

C’est un archipel de 15 îles rattachées politiquement à la Nouvelle-Zélande. 15 000 personnes y vivent, mais leur Zone Économique Exclusive est gigantesque puisqu’elle s’étend sur près de 2 millions de km².

Elles dépendent fortement des revenus issus de l’exploitation des coraux et des licences de navires étrangers venus pêcher le thon. Mais cette manne économique est synonyme de surexploitation et entraîne la disparition des poissons et des coraux.

Un premier accord en 2010

Ils ont commencé leur combat en 2010. Leur objectif était de faire prendre conscience à la population de la gravité de la situation. Ils organisaient des marches de protestation quand les négociations bloquaient. En 2012, un premier accord est trouvé : la protection de la ZEE (Zone Economique Exclusive) de la moitié sud du pays, soit une surface de 1,1 millions de km², est actée.

Faire revivre la tradition perdue du ra'ui

Cette première victoire n’était pas suffisante bien sûr. Les bancs de poissons, les grands cétacés et les tortues de mer n’ont rien à faire des limites nord et sud de la ZEE dans leurs migrations. Jacqueline et Kevin se sont alors appuyés sur les croyances polynésiennes pour convaincre. Ils ont voyagé en compagnie de représentants du gouvernement et d'ONG à travers tout l’archipel pour souligner l’importance du ra’ui, Le ra’ui consiste à interdire la récolte de certaines ressources pendant une période donnée pour permettre à la nature de se régénérer. Une restriction souvent utilisée, par exemple, pour les noix de cocos. Mais la tradition s’est perdue au XXe siècle. Jacqueline et Kevin ont donc ravivé la mémoire des Anciens pour convaincre de changer les pratiques face à l’urgence écologique de ce début de XXIème siècle.

21 espèces de cétacés, 600 espèces de poissons, 136 espèce de coraux à l'abri

Le combat a aussi été gagné grâce à l’appui des chefs traditionnels si bien que le 13 juillet 2017, l’ensemble de la ZEE, soit plus de 2 millions de km², a été déclarée zone protégée. Aujourd’hui, la zone est bien quadrillée pour que les espèces puissent se reproduire. Ainsi 136 familles de coraux, plus de 600 espèces de poissons, 21 espèces de cétacés, trois espèces de tortues sont à l’abri, c’est-à-dire protégées des activités humaines.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.