Tiza Mafira, après ses études à Harvard, est revenue en Indonésie. Aujourd'hui elle incarne le combat contre les sacs plastiques qui polluent les océans.

8 millions de tonnes de déchets plastiques finissent dans l’océan chaque année
8 millions de tonnes de déchets plastiques finissent dans l’océan chaque année © Getty / J Shepherd

Tiza Mafira a fait ses études dans la prestigieuse université Harvard aux États-Unis avant de retourner dans son pays, l’Indonésie. Là, elle intègre une grande entreprise à Jakarta comme avocate spécialiste de la gestion des ressources naturelles et forestières

Campagne de sensibilisation 

Elle ne va pas y rester très longtemps car, face à la pollution dans son pays, elle décide finalement de quitter son poste pour lancer une campagne de sensibilisation contre les sacs en plastique. Et ce fut un succès retentissant !

8 millions de tonnes de déchets plastiques dans la mer

D’après le Programme des Nations Unies pour l’Environnement, ce sont 8 millions de tonnes de déchets plastiques qui finissent dans l’océan chaque année, soit environ 250 kilos... chaque seconde ! L’archipel Indonésie est le deuxième pays qui contribue le plus à la pollution plastique dans les océans après la Chine. C’est dire. Alors, Tiza a décidé de s’engager contre ce fléau en s’adressant directement au public. Selon elle, le recyclage ne représente qu’une partie de la solution car il repose sur des systèmes de collecte complexes et sur des infrastructures coûteuses. 

Une baisse de 55% des sacs plastiques

Après avoir rejoint en 2015, l’Indonesia Plastic Bag Diet Movement, une organisation communautaire dédiée à l’éradication des sacs en plastique gratuits à usage unique, elle lance une pétition incitant tous les commerçants du pays d’arrêter de distribuer ces sacs gratuitement,  convaincu que le fait de devoir payer va pousser les gens à faire attention. Son intuition est la bonne : l’année suivante, le gouvernement teste l’introduction de sacs payants au niveau national, ce qui donne lieu à une réduction de 55% de l’utilisation de sacs en plastique en six mois.

Pas d'accord national

Malheureusement, aucun accord n’est trouvé pour maintenir ce dispositif au niveau national et les sacs en plastique gratuits recommencent à proliférer. Toutefois, certaines provinces ont choisi d’instaurer elles-mêmes un système de sacs payants, et des villes comme Banjarmasin vont même jusqu’à l’interdiction pure et simple des sacs en plastique dans les magasins.

Un combat salué internationalement

En juin 2018, Tiza fait partie des cinq Ocean Heroes reconnus par les Nations Unis à l’occasion de la journée mondiale des océans, ce qui contribue à la rendre célèbre à l’échelle internationale. Plus récemment, elle a pris position contre l’importation de déchets en plastique recyclables en provenance de pays riches comme la Nouvelle-Zélande, en démontrant que, bien souvent, les cargaisons qui arrivent dans les ports indonésiens sont contaminées et impropres au recyclage.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.