Une start-up lance une éolienne volante miniature. De petite taille, elle tient dans un sac à dos et peut accompagner des expéditions sous des latitudes plus ou moins hospitalières.

un cerf volant éolienne de moins de 5 kg dans le sac à dos
un cerf volant éolienne de moins de 5 kg dans le sac à dos © Getty / Jordan Siemens

Partir en expédition signifie souvent faire une croix sur la fée électricité. Une start-up vient casser ce mythe de l’aventure en proposant une éolienne cerf-volant qui tient dans un sac à dos. Elle a été élaborée par Dominique Rochier qui connait bien le secteur des énergies  renouvelables et Olivier Normand, spécialiste de l’aéronautique.

Un grand cerf-volant

Kiwee One se présente sous la forme d'un grand cerf-volant équipé d’une petite éolienne. Une fois en l’air, celle-ci se met à tourner et peut fournir jusqu'à 100 Watts. L'énergie est transmise au sol par un fil, au bout duquel il y a une prise universelle qui ressemble à un allume-cigare qui permet d’alimenter toutes sortes d’objets portatifs.

Reste accroché à un arbre ou une boule d'attelage de voiture

Le cerf-volant n'a pas besoin d'être tenu à bout de bras pendant le vol. Il est conçu pour pouvoir être accroché à toute sorte de supports. Il pourra s’agir d’une souche d’arbre, la main courante d’un bateau, la boule d’attelage d’une voiture... Tout ce qui accompagne une vie nomade. Ce n’est pas son seul avantage, ce cerf-volant est prévu pour voler entre 30 et 60 mètres, ce qui lui permet de trouver des vents plus nombreux que ceux d’une éolienne classique.

Testé pour observer la panthère des neiges

Kiwee One a été testé sur le terrain. Anne-Lise Cabanat de l’ONG OSI Panthera l’avait dans son sac à dos lors d’une expédition au Kirghizstan. Avec une dizaine d’adolescents, elle partait sur les traces de la panthère des neiges. 

Et même si personne n’a vu de panthère, le moral est resté au beau fixe, car le cerf-volant a permis de recharger les téléphones donnant l’impression au groupe d’être un peu moins coupé du monde. Anne-Lise prendra plusieurs Kiwi One pour sa prochaine  expédition qui la conduira sur les flancs de la montagne kirghizes toujours à la recherche de la mythique panthère. Cette fois, ils serviront à alimenter des drones d’observation.

Commercialisé cet été

Le cerf-volant a été commercialisé en août dernier. Il faut compter 650 euros pour acquérir cette éolienne volante. Les fondateurs de la start-up ne visent pas que le marché des particuliers. Ils souhaitent aussi convaincre les propriétaires de camping ou les écoles de voile. Ils comptent aussi proposer leurs services à des ONG dans des régions où l'électricité fait défaut.

Google investit dans le cerf-volant off shore

Beaucoup s’intéresse aujourd’hui à ce cerf-volant pour transformer la force du vent en énergie. Plus de 250 organismes travaillent sur cette question en développant de gigantesques ailes volantes, dont Google qui investit dans un projet californien de cerf-volant off shore. La start-up française, elle veut, comme son cerf-volant, rester modeste dans ses dimensions.

► Pour en savoir plus, retrouvez Océane Herrero journaliste au Figaro Demain au micro d'Emmanuel Moreau

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.