Une artiste a puisé dans l'immense vivier des lettres qui n'ont pu être distribuées par la Poste faute d'adresses correctement renseignées afin de les mettre en lumière.

Des milliers de lettres chaque année n'atteignent pas leurs destinataires
Des milliers de lettres chaque année n'atteignent pas leurs destinataires © Getty / Barry Lewis

A Libourne, La Poste centralise toutes les lettres qui n’ont pu être remises à leur destinataire malgré les recherches. Adrianna  Wallis expose quelques unes de ces missives  jamais arrivées à destination.

Un atelier rempli de milliers de lettres

Adrianna Wallis en visitant ce centre de la Poste en Gironde a tout de suite senti qu'il y avait là une matière exceptionnelle "théâtre de toutes nos passions". Elle s'est fait envoyer à son atelier dans le Vercors  toutes ces lettres destinées à la destruction pendant plus de deux ans. Le facteur lui a ainsi apportée plus de 30.000 missives qui ont envahi son atelier et se sont immiscées dans sa vie 

Déclaration d'amour, histoire de famille

Elle a eu accès à des histoires extraordinaires. Elle a été marquée par exemple par les écrits de cette femme qu'elle imaginait avoir 25 ans qui raconte à la fin de sa lettre sa maison de retraite. Il y a aussi des mots d'enfants, des déclarations d'amours, des histoires de famille , "une vie à l'état brut sans filtre" comme elle dit. 

Des volontaires chuchotent

L’exposition "Les lettres ordinaires" est l'occasion de découvrir ces tranches de vie .  Des volontaires se relaient pour  lire quelques unes de ces lettres sur le ton du chuchotement. 

Des lettres à lire et à écouter jusqu'au 13 décembre. 

Adrianna Wallis, artiste, au micro d'Emmanuel Moreau

"Les lettres ordinaires"  Musée des Archives Nationales 60 rue des Francs bourgeois 75003 Paris du mercredi au dimanche 

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.