A Orléans, des clowns spécialement formés interviennent au sein de l'unité médico-judiciaire pédiatrique. Avec leur dérision, ils aident les enfants maltraités…

"Un enfant victime de maltraitance n’est pas un enfant malade, cependant il a besoin de soins."
"Un enfant victime de maltraitance n’est pas un enfant malade, cependant il a besoin de soins." © Getty / Imgorthand

Il y a 53 unités médico-judiciaires pédiatriques en France et une dizaine à venir. Initiée par La Voix de l’Enfant, ces structures ont été pensées pour recueillir, de la façon la moins traumatisante possible, la parole des enfants victimes de maltraitance.

Des clowns à cote des policiers et médecins

Sur place une infirmière accueille l’enfant, qui est ensuite interrogé par un policier, puis reçu par un psychologue avant d’être examiné par le médecin légiste. A Orléans, ce dispositif est renforcé par la présence des clowns de l’association Le rire médecin.

Leur langage : le jeu

Les clowns sont au nombre de deux, ils arrivent d'une façon impromptue dans la salle d'attente avec leurs habits de clowns. Il viennent, disent-ils, chercher le chat, ou demandent où est la plage... Ils parlent ainsi à l'enfant à travers un langage qui est le sien : le jeu.  Au fil des minutes les tensions tombent et les clowns s'effacent pour laisser la place à l’enquêteur.

Ils accompagnent l'enfant pendant les examens médicaux selon sa demande

Si l'enfant le souhaite les clowns seront à ses cotés lors des examens médicaux. Comme à l’hôpital, ils détourneront son attention pendant l'auscultation....

La présence des clowns à l'unité d'Orléans a été expressément demandée par le docteur Barbara Tisseron qui avait pu apprécier leur action lorsqu'elle était interne  à l'institut Gustave Roussy.

La fondation de France et l'association La bonne étoile financent cette initiative.

Emmanuelle Bon, clown et formatrice au rire médecin au micro d'Emmanuel Moreau

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.