Transformer son vélo, celui dont on ne veut pas se séparer, en vélo électrique c’est possible juste en changeant la roue avant. Cette innovation qui arrive sur le marché français devrait séduire tous ceux qui font du vélo le weekend.

Laurent Durrieu et sa roue electrique Teebike au salon Autonomy
Laurent Durrieu et sa roue electrique Teebike au salon Autonomy © Radio France / Emmanuel Moreau

Mais qui ne veulent pas l’enfourcher la semaine de peur d’arriver tout collant tout transpirant au bureau. 

Un vélo connecté au smartphone

Il est en effet maintenant possible, si on possède un smartphone, de transformer son vieux vélo musculaire en vélo électrique juste en changeant la roue avant. Le moteur est dissimulé dans la roue.

La roue est connectée directement au smartphone. Ainsi il n'est pas utile de rajouter un câble et un compteur sur le vélo. Depuis le smartphone, on peut programmer sa vitesse. La batterie qui alimente le moteur électrique est elle aussi invisible. Elle est dissimulée dans la roue. Pour la recharger il suffit de brancher la prise du transformateur dans le moyeu de la roue. Même si la solution miracle contre le vol n'existe pas, l'inventeur de la roue a pensé à y glisser une alarme connectée qui déclenche le smartphone en cas de mouvement. Et si le vélo est bougé, la roue se met  alors en marche arrière.... 

Adaptable à tous les vélos

Tous les vélos peuvent être équipés de la roue Teebike. Elle s'adapte au vieux vélo qui dort dans le garage depuis des années, comme à n'importe quel vélo de ville ou vtc.

Réaction au cimetière asiatique de vélo

En France, 300 000 vélos sont jetés par an. En Asie, les chiffres sont sans commune mesure. Face à ce constat Lauren Durrieu a réagi en proposant cette roue qu'il a d'abord testée sur le marché asiatique avant de la lancer en France. Laurent Durrieu qui commercialise la roue Teebike au micro d'Emmanuel Moreau

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.