Une initiative citoyenne réintroduit les huîtres dans le port de New York pour dépolluer l’eau et y restaurer la vie aquatique.

Des huitres pour dépolluer le port de New York
Des huitres pour dépolluer le port de New York © Agata Poniatowski.

The Billion Oyster Project, comme son nom l’indique, vise à introduire un milliard d’huîtres dans le port de New York dans les 15 années à venir. Il ne s’agit pas que de changer seulement l’eau du port mais aussi son image_._La vocation première de ces huîtres n’est pas de finir sur les étalages des poissonniers new-yorkais, mais bien de restaurer la biodiversité de l’eau du port de New York.  En effet, pour bon nombre d’habitants de la mégapole, l’eau y est très polluée. Or, les huîtres ont la capacité de filtrer l’eau et d’attirer d’autres espèces animales et végétales. 

Les huîtres étaient vendues comme les hot dogs aujourd'hui dans les rues de New York

The Billion Oyster Project a été créé en 2010 par le bien nommé Murray Fisher, un biologiste qui milite depuis 20 ans pour faire en sorte que les New-Yorkais se réconcilient avec leur port et leurs rivières : l’East River, l’Hudson. Murray Fisher rappelle que lorsque les Européens ont colonisé la région, l’eau du port était limpide. Les crustacés étaient si abondants qu’on les vendaient par paniers. Imaginez que dans les ruelles de New York au début du XXème siècle, les huîtres étaient vendues au coin des rues comme les hot-dogs aujourd’hui. Mais la surexploitation, le dragage du port et le déversement des eaux usées ont eu raison de cette biodiversité marine foisonnante. Les récifs ostréicoles ont disparu, et le port est resté gravé dans les esprits des New-Yorkais comme une zone interdite.

Elles éliminent l'azote

Aujourd’hui : les eaux usées déversées dans les rivières et dans le port contiennent beaucoup d'azote, un élément essentiel à la faune et à la flore locale, mais dont l’excès déclenche la prolifération d'algues qui s’accaparent tout l'oxygène jusqu’à créer des zones mortes. Or, les huîtres ont la capacité d’éliminer l’azote en l’incorporant dans leurs coquilles et leurs tissus. Elles contribuent ainsi à purifier l'eau, tandis que leurs récifs fournissent un habitat à une variété d'espèces aquatiques et font barrière aux intempéries pour protéger le littoral. Bref, d’une coquille trois coups !

Des huîtres récupérées auprès des restaurateurs

Murray collecte des coquilles vides auprès des restaurants de la ville pour que les élèves de la New York Harbor School de la Governors Island les utilisent pour élever de nouvelles huîtres. Une fois arrivée à maturité, les colonies entières sont placées dans le port. Le principal avantage est que la participation des étudiants crée une nouvelle génération de New-Yorkais qui se soucieront du port et qui voudront le protéger pour les décennies à venir.  

L’initiative Billion Oyster Project est présentée dans le cadre de Earth Beats, une initiative internationale coordonnée par Sparknews qui rassemble 18 médias d’information du monde entier autour des solutions aux déchets et à la pollution. L’objectif est de montrer que ces solutions peuvent justement venir de la nature elle-même !

Emma Stokking de Sparknews au micro d'Emmanuel Moreau

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.