À Amsterdam, une brasserie sert de la bière à base d’eau de pluie pour sensibiliser les amateurs de ce breuvage au dérèglement climatique.

L'eau de pluie d'Amsterdam pour faire de la bière
L'eau de pluie d'Amsterdam pour faire de la bière © Getty / Gary S Chapman

Située aux bords des canaux à deux minutes de la gare d'Amsterdam, la brasserie De Prael n'est pas une brasserie ordinaire. 

Ici, toutes les étapes de fabrication de la bière sont effectuées sur place, du concassage du malt au brassage du mélange malt-orge-houblon en passant par la filtration et la fermentation. Même l’eau utilisée pour la bière est collectée sur place… ou plus précisément sur les toits de la brasserie.

Valoriser l'eau de pluie

En 2016, De Prael a en effet décidé d’ajouter un ingrédient ultra local et très abondant : l’eau de pluie. Cette décision a été prise à la suite d’épisodes météorologiques particulièrement pluvieux dans le pays

Préoccupés par la montée des eaux et par les risques d’inondations, un certain nombre d’entrepreneurs d’Amsterdam se sont demandés comment ils pouvaient contribuer à récupérer cette eau de pluie et à la valoriser. Pour De Prael, ce fut une évidence.

Des réservoirs sur le campus

Joris Hoebe, inventeur de cette bière à base d’eau de pluie, a ainsi eu l’idée en constatant qu’il avait besoin d’une immense quantité d’eau au cours du processus de fabrication de la bière. 

Lors de la première expérimentation, il s’est associé à un groupe d’étudiants et a collecté de l’eau de pluie dans de grands réservoirs sur le campus de l’Université des Sciences Appliquées d’Amsterdam. 

L’eau a ensuite été filtrée grâce à un savant mélange de bactéries. Le tout est ensuite porté à ébullition pour supprimer toute trace d’impureté.

Des citernes sur les toits

D’après ses brasseurs, l’eau de pluie donne à cette bière un goût plus intense tout à fait unique. Suite au succès de la première expérimentation, De Prael a installé de gros réservoirs sur les toits d’Amsterdam, par exemple sur le toit d’un grand hôtel qui, naturellement, sert cette fameuse bière !

L'entreprise emploie d'anciens alcooliques 

Créée il y a 16 ans, la brasserie De Prael se définit avant tout comme une entreprise sociale qui emploie des personnes éloignées de l’emploi comme par exemple d’anciens alcooliques ou des personnes souffrant de troubles mentaux. 

Il peut sembler contradictoire de faire brasser de la bière à d’anciens alcooliques, et c’est pourtant tout l’objectif de De Prael : accompagner les personnes qui travaillent sur place dans leur prise de responsabilité, en leur donnant confiance et dignité et en valorisant leur expertise de brasseur.

Un nom de code

Elle a été baptisée "Code Blond", un code utilisé au Pays-Bas pour signaler l’arrivée de tempêtes ou d’averses sévères. Avec le changement climatique, ce code a été utilisé de plus en plus fréquemment ces dernières années. 

Bien sûr, la brasserie n’a pas l’ambition de protéger la ville d’Amsterdam contre les risques d’inondation en canalisant toutes les pluies excédentaires, mais elle vise à sensibiliser ses clients à la situation climatique alarmante, avec une pointe de dérision.

Les explications d'Emma Stokking de l'agence Sparknews au micro d'Emmanuel Moreau

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.