Un jardinier cultive plus de 3800 espèces de tomates dans son jardin pour éviter qu'elles ne disparaissent.

Pascal Antigny au milieu de 300 variétiés de tomates au château de Beauregard
Pascal Antigny au milieu de 300 variétiés de tomates au château de Beauregard © Radio France / Emmanuel Moreau

Le week-end dernier s'est tenu dans l'Essonne au château de Beauregard la fête d'automne des plantes. Parmi les 250 exposants, Pascal Antigny avait apporté plus de 300 espèces différentes, une partie de sa production.

Des rondes, des longues, des courtes, des en forme de poires, d'autres de raisin....

Cet ancien officier de police collectionne les tomates. Dans son stand, il y en avait pour tous les goûts : des acidulées, des sucrées. Toutes les formes y étaient représentées : des longues, des courtes, des rondes, des pleines, des creuses. Il y a celles qui ressemblent à de poires à coté de celles en grappes de raisin. La plus grosse faisait plus d'un kilo, la plus petite un gramme. 

Des tomates de famille

Depuis plus de 30 ans, Pascal Antigny collectionne les tomates. Pratiquement, chacune a son histoire. Pascal les appelle toutes par leur nom. La plus grosse présentée dans son stand lui a été apportée par le petit fils d'un jardinier qui ne voulait pas que la tomate créée par son grand-père ne disparaisse.

Un créateur de tomates

Il a lui-même créé plusieurs tomates. Une a été baptisé dimanche dernier au cours de la fête des plantes de Beauregard. Avec trois autres jardiniers, il vend depuis peu ses graines, libre de droit sur internet.

Pascal Antigny, collectionneur de tomates, au micro d'Emmanuel Moreau

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.