En Inde, un avocat a choisi de dédier sa carrière professionnelle et sa vie à la protection de l’environnement.

Ritwick Dutta  consacre désormais son énergie à la lutte contre la pollution de l’air
Ritwick Dutta consacre désormais son énergie à la lutte contre la pollution de l’air © Getty / Shreyansh Singh / EyeEm

A 44 ans, Ritwick Dutta est connu dans tout le pays comme le justicier de la nature. Depuis près de 20 ans, il s’efforce de prouver que la justice peut jouer un rôle déterminant dans la préservation de l’environnement, et il a plus d’une victoire à son actif !

Une mascarade de réunion publique d'information 

Tout commence en 2001 dans la petite ville de Kanchipuram dans le Tamil Nadu. Juste diplômé, Ritwick assiste alors à une réunion d’information publique sur la construction d’une centrale nucléaire dans cette région du sud de l’Inde. Pour lui, cette réunion est une véritable mascarade. Les informations les plus importantes comme les résultats d’une étude sur les risques sanitaires ou l’impact sur les pêcheries locales sont tout simplement passées sous silence. Les travaux d’installation commencent quelques mois plus tard sans que le public ait le moindre mot à dire.

David contre les Goliaths industriels

Il a alors décidé de mettre sa connaissance du droit au service de la protection de l’environnement. Tel David parti en croisade contre de nombreux Goliaths industriels, Ritwick obtient sa première victoire en 2003, quand un tribunal interdit l'extraction de bauxite par l’entreprise minière Vedanta, dans les collines de Niyamgiri. Situées dans l’état de l’Odisha, à l’est du pays, ces collines boisées abritent notamment les Dongria Kondh, un peuple indigène qui aurait vu ses moyens de subsistance dévastés par les activités minières.

Succession de victoires

Grâce à l’aura que lui a apporté cette première victoire, Ritwick a continué son combat contre d’autres géants de l’industrie aux quatre coins du pays. Il s’est par exemple opposé au groupe Lafarge pour la construction d’une cimenterie dans l'Himachal Pradesh, dans les contreforts de l’Himalaya.

Diffusion d'une culture du droit environnemental

Grace à sa notoriété, il a créé en 2005, le centre LIFE, qui signifie Legal Initiative for Forest and Environment. L’objectif du centre est de diffuser une véritable culture de justice environnementale en formant des avocats et en sensibilisant les citoyens aux rudiments du droit de l’environnement pour qu’ils soient capables de mieux le défendre. En parallèle, Ritwick écrit des livres et donne des cours à l’université pour diffuser cette culture de la justice environnementale à tous les niveaux. Au cours des centaines de cas qu’il a traités, ce Sherlock Holmes de la vie sauvage n’a pas hésité à se déguiser en vagabond pour infiltrer des réseaux de trafic d’animaux sauvages.

Pour connaitre la suite du combat de Ritwick Dutta , retrouvez Emma Stokking de l'agence Sparknews au micro d'Emmanuel Moreau 

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.