Une grande surface modifie son environnement sonore et visuel à certaines heures pour que les personnes handicapées puissent faire leurs courses sereinement.

Des supermarchés aménagés à l'étranger pour mieux accueillir les personnes handicapées
Des supermarchés aménagés à l'étranger pour mieux accueillir les personnes handicapées © Getty / Juanmonino

Le super U de Thourotte, dans l'Oise, aménage, une fois par semaine, ses horaires et les lieux afin de mieux accueillir les personnes en situation de handicap.

Plus de bip stressants en caisse 

Tous les mardis, ce commerce change d’allure. Il devient silencieux, et échappe à l’agitation habituelle. Entre 13h30 et 15h30, c’est la chasse au bruit stressant. On n’entend plus les bips des produits scannés à la caisse, la musique de fond disparaît. Le magasin se plonge dans une ambiance reposante pour mieux accueillir les personnes en situation de handicap, mais les autres aussi.

Une rencontre déterminante

Cette révolution ne peut provenir que d’une rencontre. Elle est née suite à un rendez-vous entre David Blaise, le gérant du magasin U, et David Teixeria, le président fondateur de l’Eclosion Bleue, une association qui milite pour l’intégration des autistes dans la société. "David m’a présenté son souhait de voir se développer en France des magasins adaptées aux personnes en situation de handicap, avec une ambiance adoucie. J’ai tout de suite été séduit", explique le gérant du supermarché U de Thourotte.  Les deux hommes se sont d’autant plus vite compris que tous les deux ont un membre de leur famille en situation de handicap.

Des cartes pour se repérer dans le magasin

Durant deux heures tous les mardis, des membres de l’association L’Eclosion Bleue sont là. Ils expliquent aux clients cette démarche qui peut dérouter. Des cartes pour se repérer dans le magasin sont distribuées avec des gommettes pour faciliter les achats. Toute la clientèle, handicapée ou non, surtout les personnes âgées, apprécie.

Des exemples à l'étranger

Cette pratique est déjà un peu développée en Australie mais aussi chez nos voisins anglo-saxons. Elle est exceptionnelle dans l’hexagone. Mais les choses sont en train de changer. “J’ai pu échanger avec plusieurs de mes collègues, et certains veulent aussi mettre en œuvre ce type d’initiative dans leur commerce !”, se réjouit David Blaise qui a apporté d’autres aménagements dans son établissement. Son supermarché est ainsi équipé de chariots compatibles avec des fauteuils roulants, il y a aussi des pinces à préhension. Enfin, il a organisé, sur la base du volontariat, des sessions de formation pour le personnel. Celui-ci a été sensibilisé à l’autisme et aux questions touchant plus généralement le handicap afin de pouvoir  "gérer en toute bienveillance, la différence, qu’elle soit visible ou non".

► Plus d'explications avec Claudia Cohen du Figaro demain au micro d'Emmanuel Moreau

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.