Une chercheuse à Grenoble développe une application pour aider les jeunes autistes. Elle leur apprend à reconnaître les émotions sur les visages grâce à un avatar.

Une application sous forme de jeu pour apprendre à reconnaître les émotions
Une application sous forme de jeu pour apprendre à reconnaître les émotions © Getty / Marka

Adela Barbulescu est chercheuse en informatique à l’université Grenoble-Alpes. Elle a eu l’idée de développer Emoface, un outil d’aide pour les enfants autistes à l’occasion de la rédaction de sa thèse sur l’analyse des expressions faciales et des émotions.

Un avatar créé

Elle a approfondi sa recherche en travaillant pendant un an avec le personnel de différents instituts médicaux mais aussi avec des enfants et des adolescents autistes. 

L’avatar que j’ai créé permet de proposer aux enfants une situation dynamique, interactive où la morphologie d’un visage peut être changé"

Un jeu à plusieurs paliers

Ce nouvel outil prend la forme d'un jeu. Tout commence avec l’expression émotionnelle en faisant apparaître à l’écran un visage qui, par exemple, va sourire. L’enfant devra, après analyse, pointer dans la colonne des pictogrammes, le visage qui sourit. Le jeu va ainsi décliner différentes sortes d’émotions que l’enfant devra reconnaître. Au palier supérieur, l’enfant va devoir comprendre des situations sociales. Un texte s’affichera en précisant par exemple « Gérard en veut à Claudia ». Il devra choisir entre deux visages à expressions différentes, celui qui correspond à la situation. Puis dernier stade, l’enfant va devoir reproduire lui-même des expressions sur son visage. Une caméra le filmera. Et selon sa capacité à reproduire ses sentiments, son avatar 3D se manifestera et gesticulera selon son taux de réussite.

Le test des parents

Sylvie a testé avec son fils Mathis, 8 ans, l’application à la maison. Habituellement, elle le fait travailler sur les expressions en utilisant des photos, des cartes et des pictogrammes disposés sur la table. Elle reconnait que Emoface est plus ludique : 

L’avatar entraîne Mathis à imiter les émotions qu’il identifie. La dernière étape sera pour lui d’arriver à reproduire spontanément une expression, comme une grimace, ailleurs qu’à la maison

"Il faut vivre avec son temps"

Pour Dominique Dossena, directeur depuis 2016 de la toute première unité autisme de APF France handicap à Grenobe, la tablette vient en complément des méthodes de base, elle est un plus : 

Il faut vivre avec son temps. On va l’intégrer à nos pratiques car les réactions des enfants ont été très positives et les familles sont partantes

Adela est à la recherche de parents prêts à tester de nouvelles fonctionnalités. En septembre, l’application sera disponible pour les professionnels.

Plus d'explications avec Claudia Cohen du Figaro demain au micro d'Emmanuel Moreau.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.