À Lyon, une péniche collecte les déchets directement auprès des habitants. Une expérimentation de collecte fluviale reconduite.

A Lyon, les habitants apportent leurs déchets sur les barges amarrées quais de Saone
A Lyon, les habitants apportent leurs déchets sur les barges amarrées quais de Saone © Getty / Bruno De Hogues

Dans le 5e arrondissement en plein cœur de la capitale de la gastronomie, la péniche River-Tri s’amarre chaque samedi sur les quais de Saône et les habitants peuvent venir y déposer leurs déchets.

Des collecteurs dans la barge

Le système est très simple : le matin un pousseur vient amarrer une barge sur le quai. Des agents accueillent le public et orientent les usagers vers les différentes bennes implantées dans la barge. En fin de journée, le dispositif est replié. Le pousseur retourne amarrer la barge au Port de Lyon et les déchets collectés rejoignent ensuite les filières de traitement et de valorisation dédiées.

Tous sauf des cravats

A part les gravats, la plupart des détritus sont acceptés sur la péniche. Ainsi, les Lyonnais peuvent y jeter les tapis, moquette, meubles, matelas, canapés, tables, chaises, armoires, des papiers et cartons évidemment mais aussi des métaux ou encore du bois.

Eradiquer les déchetteries sauvages

Il s’agit d’une vraie réponse locale et concrète pour lutter contre les déchetteries sauvages en ville. A Lyon, 15 000 tonnes de dépôt sauvage sont encore recensées chaque année.

Ce dispositif permet en outre de « désengorger la saturation des déchèteries existantes dans la métropole et d’augmenter la valorisation des déchets de la métropole », indique les services de la mairie.  La circulation par les fleuves est aussi un moyen de ne pas augmenter le trafic et cela réduit aussi les déplacements des citadins

Test concluant

Récemment primée, l’expérimentation va être reconduite. Le test devait initialement être mené sur deux ans mais il va être prolongé, indique des responsables du Grand Lyon. De fait, en 2017, 153 tonnes de déchets ont été évacuées par ce biais et le poids des détritus ne cesse d’augmenter avec 10 tonnes collectées en plus chaque trimestre.

Les explications de Mathilde Golla du Figaro demain au micro d'Emmanuel Moreau

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.