Une entreprise danoise se lance sur le marché du recyclage des pelouses synthétiques usagées. Une technologie unique au monde qui permet de remédier à cette source de pollution méconnue.

Re-Marcht une société danoise recycle les pelouses synthétiques
Re-Marcht une société danoise recycle les pelouses synthétiques © Getty / Bella Auslander / FOAP

Re-Match, est une PME danoise qui a développé une technologie brevetée et créé 30 emplois en 4 ans à partir d’une ressource jusqu’alors ignorée : les pelouses synthétiques usagées.  

Les pelouses synthétiques verdoient un peu partout dans le monde.

Elles arrivent joliment enroulées dans des camions et vont pouvoir imiter l’herbe fraîche pendant 15 à 25 ans selon le producteur d’origine. Seulement… une fois arrivées en fin de vie, les pelouses synthétiques sont un véritable fléau environnemental.

Un brevet unique au monde 

Dennis Andersen a décidé de s’attaquer à ce problème dès 2012. En 2013, il fonde avec un associé Nikolaj l’entreprise Re-Match et obtient l’année suivante un brevet pour sa technologie qui consiste à séparer minutieusement les différents éléments qui composent les pelouses.

De multiples utilisations

La matière récupérée peut avoir de multiples utilisations : le sable va être utilisé comme remblais, pour construire des routes ou encore pour du sablage, les fibres de plastique vont pouvoir être tissées de nouveau, les granulés de caoutchouc vont servir à produire des tapis anti-dérapant pour les terrains de jeux et les salles de sport. C’est toute la beauté de l’économie circulaire : les possibilités de réutilisation semblent infinies !

Une goutte d'eau

Aujourd’hui, Re-Match a la capacité de recycler les pelouses de 165 stades de foot par an, ce qui n’est qu’une goutte d’eau par rapport aux 9,000 pelouses de stades de foot qui ont été jetées en 2017, mais ce qui permet tout de même de valoriser plus de 40 000 tonnes de matières qui seraient sinon parties à l’incinération ou en décharge, et d’éviter au passage 65 000 tonnes d’émissions de CO2.

Et pour trouver une façon de récupérer et de recycler les 8,835 pelouses synthétiques restantes, Re-Match mise sur le plaidoyer avec les collectivités locales et les partenariats notamment avec de grandes organisations. Bonne nouvelle pour eux : la FIFA s’est ralliée à la cause

Emma Stokking de l'agence Sparknews au micro d'Emmanuel Moreau @MoreauEmm

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.