Retrouver son vélo volé va devenir plus facile grâce à deux jeunes diplômés. Ils lancent un système de repérage longue distance et longue durée.

Retrouver son vélo volé va devenir plus facile
Retrouver son vélo volé va devenir plus facile © Getty / Santiago Iñiguez / EyeEm

400 000 vélos sont volés chaque année en France. Seulement 3% sont restitués à leurs propriétaires. Beaucoup de cyclistes renoncent, du coup, à en acheter un neuf, de qualité, de peur qu'il disparaisse. Deux jeunes informaticiens développent un système de repérage mondial de vélo volé.

Géolocalisation

Lors du salon Autonomy qui s'est tenu à Paris mi-octobre, des constructeurs sont venus sur le stand d’Alexandre Luternauer et Gabriel Marsili, deux jeunes diplômés de l’école d’informatique Epitech. Ils voulaient voir les premiers prototypes de leur tracker de 60 grammes qui permet de géolocaliser en toute discrétion un vélo volé et de rassurer les futurs acheteurs de deux roues.

Installé sur n'importe quel vélo

Compte tenu de son poids et de sa taille qui n'est pas plus grande qu'un doigt, Track ap pourra être dissimulé sur toute sorte de vélo. Il peut être caché dans le guidon d'un vélo d'enfant comme dans celui d'un vélo d'adulte de ville, de route, VTT ou VTC.

Une précision de 2 mètres

En cas de disparition du vélo, il suffit de se rendre sur l'application de Trak ap et celui-ci sera géolocalisé avec une précision, selon les informaticiens, de 2 mètres. Sur l'écran apparaîtra le trajet effectué par le vélo, avec tous les bornages. À la différence d'autres systèmes, celui-ci croise les données de plusieurs satellites ce qui lui permet une couverture mondiale avec une autonomie d'un an. 

Des entreprises pour le tester

Les 500 premiers trackers en janvier iront dans les entreprises et quelques municipalités qui ont accepté de tester le système. Dès les beaux jours, la vente sera ouverte au public. 

Alexandre Luternauer co-fondateur de Track ap au micro d'Emmanuel Moreau

Alexandre Luternauer et son tracker grand comme un doigt entre les mains
Alexandre Luternauer et son tracker grand comme un doigt entre les mains © Radio France / Emmanuel Moreau
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.