Les hôteliers qui participent aux nuits solidaires reversent l’intégralité du prix de la chambre reservée à une association spécialement choisie. Une initiative qui s'étend.

Yaonn Magnin à l'hotel Adèle et Jules
Yaonn Magnin à l'hotel Adèle et Jules © Radio France / Emmanuel Moreau

Yoann Magnin est partie d’un constat simple : les hôtels ont la plupart du temps des chambres vacantes.  Il a donc décidé de mettre à profit ces disponibilités et en faire bénéficier à la fois le grand public et le monde associatif. 

Une plateforme pour réserver

Il a donc crée Solikend, une plateforme qui permet de réserver une chambre dans un hôtel qui reversera ensuite l’intégralité du prix de la nuitée à tarif préférentiel à une association. L'application est simple d'utilisation. Une fois l’hôtel sélectionné parmi ceux qui adhèrent, le client choisit l'association bénéficiaire.

Prix modulable

Une fois ces choix opérés, apparaît sur l'écran le prix normal de la chambre. Le client peut moduler le montant de 20% à la hausse comme à la baisse, comme bon lui semble. 

68 hôtels, 32 associations

La plateforme est toute jeune ce qui explique que pour l'instant 68 hôtels participent. Ils sont principalement dans l'ouest, mais des hôteliers parisiens, lyonnais, marseillais comme d’Épinal ont aussi adopté le concept. On y trouve aussi bien des établissements de luxe que de petits hôtels. Quand aux associations bénéficiaires, il y en a de taille nationale comme le Secours Populaire, Amnesty ou des moins connues comme Surfrider.

Après les nuits solidaires, à quand les voyages solidaires pour les trains qui partent ou les avions qui décollent avec des places libres. 

Yoann Magnin, fondateur de Solikend au micro d'Emmanuel Moreau

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.