Un lieu de représentation, de mise en scène, au sens propre comme au sens figuré... aujourd'hui, David Abittan propose un autre regard sur le théâtre.

C'est en Moselle à Freyming-Merlebach que nous emmène David Abittan. Dans cette ancienne cité minière, la culture devient le pari de la ville pour retrouver son attractivité d'antan.

Des volumes blancs irréguliers, des prismes à base rectangulaire ou triangulaire, un espace d'accueil sobre et des escaliers qui serpentent jusqu'à une salle de spectacle : c'est ainsi que se dévoile le théâtre Théodore Gouvy, du nom du compositeur français. 

Dominique Coulon, l'architecte, le présente :

Voilà, le fait que ce bâtiment soit totalement blanc, dans un paysage qui a, entre guillemets, souffert de l'extraction du charbon, avec toute cette image autour du gris, et bien là elle se trouve renversée par le bâtiment.

Ce bâtiment se donne aussi à voir à l'intérieur, depuis une grande baie vitrée, au deuxième étage, qui déborde de la façade en porte-à-faux. Dans son plus beau costume, ce théâtre ne perd pas l'occasion de s'animer, de s'éclairer. Qu'est-ce qui nous attend une fois dans la salle de spectacle ? Quels enjeux relève ce bâtiment ? 

Un reportage de David Abittan. Pour découvrir plus d'informations sur l'architecture, rendez-vous sur le site tema.archi

Cette chronique est réalisée en partenariat avec l'Ordre des Architectes

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.