Nous avons tous besoin de silence, il nous apaise même s'il peut provoquer angoisse ou malaise. Comment l’apprivoiser ? Comment l’écouter ? Comment travailler avec lui en tant que musicien ?

Ecouter le silence
Ecouter le silence © Getty / kool99

Pourquoi diable le prononce-t-on au singulier ? Le silence mérite un pluriel. Car il y en a plusieurs, qui n'ont rien à voir entre eux. Comment comparer le silence du désert à celui de la montagne ? Comment comparer un ange qui passe à table, en plein repas de famille, au silence qu'on savoure la nuit en regardant les étoiles ? Vous avez forcément des souvenirs de silences bouleversants et d'autres affreusement gênants. 

Faire de la place au silence

Mais en a-t-on suffisamment, des souvenirs, justement ? Sait-on faire assez de place au silence, dans nos vies ? Intimidant ou rassurant, source d'angoisse ou de volupté, le silence est devenu très rare. Et le confinement, en bousculant notre paysage sonore, surtout dans les villes, est venu nous le rappeler. Parlons ce matin de ses bienfaits, des raisons pour lesquels il impressionne ou fait peur avec nos invités :

  • Emilie Devienne, autrice de Savourons le silence paru aux éditions Eyrolles
  • Guillaume Coppola, pianiste, son dernier disque s'intitule Musiques du silence
  • Brigitte d'Andrea Novel, directrice de la recherche à l'IRCAM

Le coup d’œil à la presse 

Tous les jeudis, nous appellerons après 10 heures, Pierre-Philippe Besson, journaliste chez le magazine Society.

Plateau ciné

En fin d'émission, nous avons rendez-vous avec Laurent Delmas pour un "plateau ciné", chaque jour un conseil de film à voir sur Univers Ciné, plateforme VOD dont France Inter est partenaire. 

Programmation musicale

  • Joy Crookes – "Anyone but me"
  • Guillaume Coppola – Suite bergamasque pour piano de Debussy
  • Simon&Garfunkel – "The sound of silence"
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.