Est-ce que le toast avocado a remplacé le mythe du steak frites, décrit par l'intellectuel Roland Barthes ? C'est la question que nous nous posons ce jeudi, quelles sont nos nouvelles mythologies, notre nouvelle imagerie ? Fini la "franchouillardise" des années 1950, quel est le nouveau modèle social qui nous inspire ?

À quoi ressemble le snobisme nouvelle génération ?
À quoi ressemble le snobisme nouvelle génération ? © Getty / filadendron

Qu'est-ce que cela veut dire de porter un "tote bag", un sac en tissu flanqué d'une une du New-Yorker ou de la dernière marque de vêtements à la mode ? Quel est le point commun entre avoir une "morning routine", une photo d'avocado toast postée sur Instagram ou d'utiliser des mots en -ing ? C'est la question que se sont posées Floriane Zaslavsky, sociologue et son amie, la journaliste et cheffe de la rubrique Société du journal suisse, Le Temps, Célia Héron, dans leur dernier livre, Dernier brunch avant la fin du monde, publié aux éditions Arkhé. 

Cinquante ans après la parution de Mythologies, de Roland Barthes, elles proposent un inventaire de nos modernes "mythologies", des emojis, à Kylian M’Bappé, aux réseaux sociaux, en passant par notre usage des trottinettes. Elles étudient nos mythes contemporains. Des marqueurs sociaux qui permettent de se distinguer, de se sentir appartenir à un groupe. Et à force de vouloir se distinguer, on fait évidemment comme tout le monde. 

Est-on toujours l'insupportable bobo d'un autre ?

Ce qui est amusant, quand on examine de près les supports de cette mythologie, c'est qu'il y est toujours possible de s'y reconnaître soi-même. Et l'on est donc, toujours, le snob de quelqu'un d'autre. Ou le bobo de son voisin. Est-on toujours le snob de quelqu'un ou devrions-nous dire sommes-nous "l’insupportable bobo d’un autre" ? 

Pour en parler avec nous également, la cuisinière Hélène Darroze, très présente sur les réseaux sociaux et qui participe depuis plusieurs années à l'émission culinaire Top Chef, sur M6. Ses trois restaurants, Marsan, Jòia et Hélène Darroze at the Connaught, à Londres ont rouvert en juin 2020, après plusieurs mois de fermeture à cause de la crise sanitaire.

Le coup d’œil à la presse 

Tous les jeudis, nous appellerons après 10 heures, un journaliste du magazine Society. Ce jeudi, Valentine Faure nous parlera des ADOS, American Descendants of Slavery, les Américains descendants des esclaves.

Témoignez

Durant l'émission, contactez-nous ! Nous attendons vos réactions, interventions et témoignages au 01 45 24 70 00, et écrivez nous ici.

Programmation musicale 

  • Ludo Pin - La fin du monde
  • Gregory Porter - Mister Holland
  • Alain Bashung/Aston Villa - Slow food
Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.