Les séries TV sont devenues un vrai objet culturel, qu'ont-elles à nous apprendre ? Quel nouvel accès donnent-elles à notre réalité ? Et nous permettent-elles d'y échapper ?

Les séries TV dans nos vies
Les séries TV dans nos vies © Getty / PeopleImages

Mes enfants auraient pu s’appeler Birgitte et Elizabeth. Bon, pour des garçons ce n’était peut-être pas l’idéal. Mais il se trouve que j’ai dévoré une série à chaque congé maternité : Borgen la première fois, The Crown la deuxième. Ils ne sont pas fréquents, dans la vie, les moments où l’on peut se consacrer à ce point à une fiction. Et je dois dire que ces deux femmes, Birgitte Nyborg (dont on suit l’arrivée au pouvoir dans la série danoise Borgen) et Elizabeth II (la reine d’Angleterre, héroïne de The Cown), ont chacune donné une tonalité particulière à ces deux pauses hors du temps, à ces deux congés maternité.

Mesure-t-on la place que prennent les séries dans nos vies ? Voilà la question au coeur de cette deuxième heure d’émission. L’essor des séries a installé un nouveau lien entre nous et les personnages. Le format long, le découpage en épisodes, permet plus d’attention aux détails de la vie quotidienne, plus de réalisme, sans doute, ce qui fait naître un attachement très fort aux personnages. Peut-on aller jusqu’à dire que les séries nous apprennent à vivre ? Ou qu’elles forgent notre conscience politique et morale ? Et à force de regarder des séries, peut-on craindre de trouver nos vies bien fades et trop peu aventureuses ? Autrement dit, les séries nous transforment-elles en des madame Bovary devant un écran ? Ces questions mériteraient plusieurs saisons mais on va tâcher de s’y pencher en une heure, sans aucun divulgachis, avec nos invité.e.s :

  • Sandra Laugier, philosophe, autrice de Nos vies en séries
  • Benjamin Dupas, scénariste pour Dix pour Cent et Vernon Subutex
  • Clément Combes, sociologue

Extraits de l'émission

Regarder des séries pour apprendre à vivre

Sandra Laugier : "Les séries nous apprennent à vivre et nous aident à vivre. Elles nous donnent des expériences, nous font vivre des situations qu'on ne connaît pas au départ, et auxquelles on s'habituent. Un exemple concret : Le Bureau des légendes vous familiarise vraiment avec un univers qui est par définition très mystérieux, [les services secrets français]."

"Une série que moi, j'ai beaucoup regardée, même si je n'étais pas ado, c'est Buffy contre les vampires. Une série magnifique, de très grande qualité, même si elle a été longtemps considérée comme une série pour ados. C'est une série qui est vraiment destinée à apprendre à ses spectateurs à affronter ce que c'est que grandir". 

Beaucoup de séries actuelles ont justement cette ambition aussi d'éduquer, d'éduquer, de former en fait le public à affronter des situations qui sont apparemment très ordinaires, mais très difficiles. 

Regarder des séries pour découvrir des univers inconnus

Clément Combes : "Je dirais qu'il y a deux grandes raisons. 

  • Un effet de relaxation, de divertissement. Bien sûr, le fait de couper avec des considérations quotidiennes, les plus ou moins grands soucis qu'on peut traverser dans nos vies, ça revient régulièrement. Le fait de relâcher, de se couper du monde. 
  • Il y a un enjeu de connaissance, de compréhension du monde. Ça nous permet de mieux se connaître et de mieux connaître d'autres univers. D'ailleurs, un spectateurs français sur cinq nous dit qu'ils recherchent dans une série la possibilité de découvrir des univers culturellement différents - notamment l'univers médical. "

Benjamin Dupas rebondit : récemment, on a eu des mini séries comme Unorthodox ou Unbelievable qui ont des points communs, notamment, de parler de quelque chose de très précis et de très difficile sur la condition des femmes. 

La série Unorthodox commence sur un câble métallique brisé à Brooklyn et on apprend ce que c'est qu'un "érouv", cette espèce de frontière symbolique qui permet de se déplacer pour les juifs ultra orthodoxes les jours de shabbat, sans laquelle ils n'ont pas le droit de sortir de chez eux. Et on découvre une femme qui est qui est complètement coincée dans cette communauté (sans avoir d'ailleurs une peinture manichéenne de cette communauté). Pour l'immense majorité des gens du monde entier qui ont pu regarder cette série (qui est un gros succès), on découvre tout. Et en même temps, ça résonne extrêmement fort sur ce que c'est l'émancipation, sur ce que c'est que se choisir une vie, sur l'empowerment, c'est, comme on dit, d'une femme. 

La série Unbelievable pose toute la question de comment marche, finalement, le fait de porter plainte pour viol. Et combien il est difficile pour une victime de porter plainte pour viol et pourquoi on ne la croit pas.

Il s'agit d'apprendre des zones obscures du monde - qui sont pourtant des zones auxquelles sûrement aussi une Française sur cinq au moins va être confrontée. 

Regarder des séries pour mieux comprendre les méandres de l'âme humaine

Benjamin Dupas : "Il y a un niveau de complexité sur le jeu relationnel des humains. 

En 2h de film, il peut y avoir des chefs d'œuvre esthétiques incroyables, très puissants. Mais sur le raffinement psychologique, les méandres de l'âme, il n'y a que la série qui offre ce temps long depuis que 'Guerre et Paix' est un peu moins lu qu'avant.

Programmation musicale :

  • Peter Peter - "Conversation"
  • Joy Crookes - "Anyone but me"
  • Garbage - "Stupid girl"
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.