Pour juger, il faut écouter et comprendre. Chaque affaire a plusieurs vérités, celles de chacun des partis pris d'abord. Et la personne de justice, du magistrat à l'avocat, prend en compte ces vérités. Comment juge-t-on ?

Ce que juger veut dire, avec une allégorie de la Justice
Ce que juger veut dire, avec une allégorie de la Justice © Getty / Amer Ghazzal

J'aime à croire que les différents épisodes de cette émission forment entre eux un grand dialogue. On peut en tout cas s'amuser à imaginer des passerelles entre les thèmes que nous abordons ici tous les matins. La semaine dernière, nous avons chanté les louanges du doute. Comme Anne Sylvestre, j'aime les gens qui doutent, les gens qui trop écoutent leur cœur se balancer. Il y a quelques semaines, nous avons parlé avec un chercheur en neurosciences de ce qui se passe dans nos cerveaux quand nous prenons une décision. Et nous avons appris qu'il était bien plus compliqué de changer d'avis que de se faire un premier avis. Pas simple, en somme, de se débarrasser d'une intuition, sur quelque chose ou sur quelqu'un, même quand cette intuition est fausse. Surtout quand elle est fausse.  

Alors imaginez un peu le vertige qui me saisit quand je m'imagine dans la peau d'un juge ou d'une juge au moment de juger. Rendre la justice. Quel redoutable métier. Quel indispensable métier. Voilà ce que je vous propose, jusqu'à 11h : essayons de comprendre ce qui traverse le juge ou la juge au moment de trancher. Si les magistrats sont légitimes, de par leur diplôme et leur robe rouge ou noire, comment endosser cette immense responsabilité? Pèse-t-elle trop lourd, parfois? Que signifie l'impartialité? C'est une question qui nous concerne tous et toutes, nous autres les justiciables. Ce que juger veut dire.

Nos invités ce matin

  • Serge Portelli, ancien magistrat et désormais avocat, il est l'auteur de Qui suis-je pour juger l'autre aux éditions du Sonneur, 2019. Il travaille en ce moment sur un double projet, Le guide de l'assistance aux victimes pour une diffusion en Algérie et Les droits de la victime pour une diffusion française chez Dalloz en 2021.
  • Marie Dosé, avocate pénaliste au barreau de Paris, elle a travaillé notamment sur les affaires Boulin, Karachi ou Tarnac et est l'autrice aux éditions Plon de Les victoires de Daesh en 2020.

Programmation musicale

  • "Bleu bac" de Rodolphe Burger, 2020.
  • "Stop this flame" de Celeste, 2020.
  • "I can't forget" de Leonard Cohen, 1988.
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.