Non-conforme…comme un cri de ralliement pour ces 42ème rencontres photographiques…Poing levé des mexicains, ceux que les chars franquistes ont foulé de leurs chenilles, les républicains espagnols resurgis de la valise égarée de Robert Capa…Echos lointains des insurgés de toutes les places Tahrir du monde, de celle de la Bastille aux Indignados de Madrid. Punk is not dead…Ca c’était le slogan de l’an dernier ici...Et pourtant le punk est bien mort…Johnny s’est fait refaire les dents et ne veut plus qu’on l’appelle Rotten, God Save the Queen se joue dans les jubilés de la reine et les photos d’une descente de rein PIPAesque dans un mariage à Buckingham Palace se vendront toujours plus facilement qu’un reportage dans les montagnes d’Afghanistan.

Les révolutions sont faites comme cela, c’est inscrit dans leur nom, elles finissent toujours par tourner, mûrir, pourrir et faire mourir.

Les révolutionnaires en pixels ont eu la peau de la photo argentique.

Alors on Manifeste…Shooting is not dead. La lumière la plus vive comme l’obscurité la plus opaque. Les choses seront différentes à partir de maintenant.

Aujourd’hui dans l’été comme je suis je serai François Hébel directeur des rencontres d’Arles, je serai Martin Parr, photographe, parrain invité permanent de ces rencontres, je serai Clément Chéroux , conservateur au cabinet de la photographie au centre Pompidou…je serai donc les co-commissaires du Manifeste d’Arles « A partir de maintenant », je serai enfin Mat Jacob , membre fondateur du collectif Tendance Floue. Enfin, je serai Sam Karpiena , fier d’être occitan qui est venu avec sa guitare.

Evénement(s) lié(s)

Les rencontres photographiques d'Arles 2011

Les liens

Tendance floue

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.