Directeur à Lisbonne de l'équivalent de notre Comédie-Française, l'artiste est en villégiature pour deux mois au Théâtre de la Bastille à Paris où il met en scène "Bovary", évocation du scandale de l'œuvre qui valut à Flaubert un procès retentissant en 1857.

Tiago Rodrigues, directeur du Théâtre national de Lisbonne et metteur en scène.
Tiago Rodrigues, directeur du Théâtre national de Lisbonne et metteur en scène. © Sylvain Duffard

Des paravents, des caissons et des chaises. Des comédiens dont les habits pourraient être ceux de la ville, avec quelques subtilités comme des manteaux qui rappellent les robes d'avocat, ou le petit blouson de Charles Bovary pour annoncer l'étroitesse de l'homme. Tiago Rodrigues joue avec le second degré, mais ne lâche pas son idée : pointer du doigt les questions sur la liberté de l'art, la censure d'Etat et la censure sociale. 

Le metteur en scène portugais, directeur du Théâtre national Dona Maria II avait écrit cette pièce, à partir des notes du procès de Gustave Flaubert pour attentat à la morale et de son chef d'œuvre "Madame Bovary", en portugais pour les comédiens de sa troupe, et avec eux. A la demande du Théâtre de la Bastille pour une opération "occupation", il l'a reprise en mai 2016 avec une troupe française avant d'entamer une tournée triomphale qui se poursuit aujourd'hui toujours au Théâtre de la Bastille jusqu'au 28 mars 2018.

Pastille sonore : Frank Vercruyssen 

Choix musical : Nina Simone avec "Wild Is the Wind"  

Archives : 

  • Archive Ina du 29 avril 1974 (journaliste non identifié) : Mario Soarès secrétaire général du Parti Socialiste Portugais, rentre d'exil à Lisbonne après la Révolution des œillets du 25 avril 1974. Il exprime aussitôt son soutien à la Junte militaire qui doit favoriser un retour rapide à la démocratie. 
  • Archive Ina du 10 avril 1988 (au micro de Micheline Boudet) : Anne-Marie Baptiste à propos de son travail de Souffleuse à la Comédie Française.

Générique : Veridis Quo des Daft Punk

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.